NOUVELLES
28/05/2016 06:37 EDT | Actualisé 29/05/2017 01:12 EDT

L'État islamique entre dans un bastion rebelles près de la Turquie

BEYROUTH — Les combattants du groupe armé État islamique (ÉI) sont entrés à Marea, un bastion de l'opposition situé dans le nord de la Syrie, samedi, se battant avec les rebelles aux limites de la ville dans le cadre de l'avancée la plus importante réalisée par l'organisation terroriste près de la frontière de la Turquie depuis les deux dernières années.

Les avions et les hélicoptères de l'armée syrienne ont pour leur part bombardé d'autres localités détenues par l'opposition dans la province d'Alep, accentuant davantage la pression sur les insurgés qui tentent de renverser le président Bachar el-Assad.

Plus de 160 000 civils sont pris au piège par les combats, qui ont également forcé l'évacuation d'un centre hospitalier géré par Médecins Sans Frontières, l'un des rares hôpitaux encore en fonction dans la région.

Aamaq, l'agence de presse du groupe armé, a révélé que l'ÉI avait commencé par organiser deux attentats-suicides contre les forces de l'opposition à Marea, samedi.

À la suite de ces attaques, les combattants de l'ÉI ont pénétré dans la ville et des affrontements ont éclaté, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un média établi au Royaume-Uni et affilié à l'opposition syrienne qui surveille la guerre civile en Syrie.

Les gains obtenus par l'ÉI sur le terrain près des bastions rebelles de Marea et Azaz, au nord d'Alep, sont autant de coups durs pour les insurgés appuyés par la Turquie et l'Arabie saoudite qui se battent sous la bannière de l'Armée syrienne libre. Cette dernière se démène pour demeurer dans la région alors qu'elle est assaillie de tous côtés.

Ces gains prouvent que l'ÉI est capable d'orchestrer des offensives majeures et de conquérir de nouvelles zones en dépit d'une série de défaites récemment survenues en Syrie et en Irak.

L'attaque du groupe armé contre les positions de l'opposition près de la Turquie s'est amorcée jeudi soir.

Vendredi, les combattants de l'ÉI avaient saisi six villages près d'Azaz, causant des combats intenses et coinçant des dizaines de milliers de civils incapables de fuir puisque la frontière turque demeure fermée. Quelques centaines ont cependant réussi à s'échapper et à trouver refuge à Afrin, une enclave kurde située plus à l'ouest.

Les grandes puissances mondiales, dont les États-Unis et la Russie, qui soutiennent des camps opposés dans le conflit syrien, ne savent plus quoi faire pour relancer les pourparlers de paix, qui ont été interrompus à Genève plus tôt cette année.

La guerre civile syrienne, qui en est maintenant à sa sixième année, a fait plus de 250 000 morts et a déplacé la moitié de la population.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!