NOUVELLES
28/05/2016 11:05 EDT | Actualisé 29/05/2017 01:12 EDT

Finale de la Coupe Memorial : un mégachoc des cultures entre Rouyn-Noranda et London

BILLET - Si vous êtes québécois et amateur de hockey, il y a un match que vous n'avez pas le droit de rater cette saison. Et cet incroyable duel, c'est la finale de la Coupe Memorial, qui opposera dimanche après-midi les deux meilleures équipes de hockey junior majeur du Canada : les Huskies de Rouyn-Noranda et les Knights de London.

Un texte de Martin Leclerc

Dans le hockey, toutes ligues confondues, la coupe Memorial est probablement le trophée le plus difficile à remporter.

Une soixantaine d'équipes se disputent le privilège d'y inscrire leur nom.

Et généralement, comme les carrières sont extrêmement courtes au hockey junior, la chance de participer à la grande finale canadienne ne se présente pas deux fois.

Dimanche, au sein des deux formations, des jeunes de 17 à 20 ans participeront donc au match le plus important de leur vie.

Certains d'entre eux entreront dans la LNH et connaîtront d'intéressantes carrières professionnelles.

Mais pour la majorité des joueurs concernés, cette finale demeurera le fait saillant de leur cheminement sportif.

« Nous avons disputé beaucoup de matchs importants cette année, mais celui-là, cette finale, c'est une chance de passer à l'histoire », convient l'entraîneur en chef des Huskies, Gilles Bouchard.

***

Toutefois, au-delà du prestige de la coupe Memorial, la finale de cette année revêt un caractère tout à fait particulier parce qu'elle opposera deux organisations qui vivent dans des univers diamétralement opposés.

Rouyn-Noranda contre London, ce sera bien sûr les Français contre les Anglais.

Rouyn-Noranda contre London, ce sera la région éloignée contre la ville.

Rouyn-Noranda contre London, ce sera l'équipe à petit budget qui mise sur le développement et qui fait confiance aux joueurs locaux contre la riche formation qui dépense sans compter pour attirer dans ses rangs les meilleurs talents étrangers.

On ne compte que deux joueurs qui ne sont pas canadiens chez les Huskies (deux Européens), tandis que plus de la moitié de la formation des Knights est composée d'Américains (10) et d'Européens (2).

Rouyn-Noranda contre London, ce sera l'amour du hockey d'une poignée d'hommes d'affaires d'une région du Québec (qui viennent de savourer un premier championnat en 20 ans d'existence) contre le cash d'anciens joueurs de la LNH (les frères Hunter) qui achètent les championnats et qui participent au tournoi de la Coupe Memorial pour une quatrième fois en cinq ans.

Rouyn-Noranda contre London, ce sera Gilles Bouchard contre Dale Hunter.

Bouchard a joué dans la LHJMQ et n'a jamais posé un patin dans les rangs professionnels.

Avant d'obtenir sa chance comme entraîneur en chef dans les rangs du hockey junior majeur il y a trois ans, le pilote des Huskies a patiemment et longtemps fait ses classes au niveau midget AAA, et même dans le réseau universitaire.

Hunter, lui, a connu une brillante carrière de 19 ans dans la LNH. Il s'est ensuite acheté un club de hockey junior dont il est l'entraîneur depuis 16 ans.

Plus différents que Rouyn-Noranda et London, tu meurs!

***

Malgré tout ce qui précède, et même si la plupart des observateurs ne donnent pas cher de leur peau, les Huskies ont une chance réelle de remporter ce match et de rentrer en Abitibi avec la coupe Memorial au bout des bras.

Cette finale ne sera pas un affrontement entre David et Goliath. Ce sera un retentissant choc culturel entre deux excellentes équipes de hockey.

« Ce sera notre dernier match de la saison, et il n'y a aucun complexe à avoir de la part de nos joueurs. Au début de la saison, on nous prédisait le quatrième rang de notre division. Nous avons finalement été premiers dans notre division, premiers dans la LHJMQ et premiers au Canada. Nous sommes maintenant assurés de terminer premiers ou deuxièmes au tournoi de la Coupe Memorial. Alors il n'y a pas de complexe à avoir. Nous allons jouer à notre manière », annonce Gilles Bouchard.

Plus tôt cette semaine, Rouyn-Noranda a subi une défaite de 5 à 2 aux mains des Knights.

Mais cette rencontre a été ponctuée d'un nombre anormalement élevé de pénalités qui ont changé la donne. La qualité de l'arbitrage a d'ailleurs été fort contestée.

« Dans cette rencontre, nous avons montré aux Knights qu'ils doivent nous respecter à cinq contre cinq parce qu'ils peuvent se faire jouer un tour. Nous avons été meilleurs qu'eux à forces égales. Si l'arbitrage avait été différent, nous les aurions peut-être battus. Sans compter le fait que leur gardien a réalisé quelques miracles », rappelle Bouchard.

Le camp d'entraînement des Huskies a débuté le 13 août 2015. Le dimanche 29 mai 2016, les deux dernières équipes juniors encore en vie disputeront leur dernier match de la campagne.

« Les gars ont hâte de jouer ce match. Mais ils ont aussi hâte de retourner chez eux. Une saison comme celle que nous connaissons, c'est un long parcours. Au point où nous sommes rendus, c'est la force mentale qui fera la différence.

« Il faut que tu sois fort mentalement quand tu arrives à cette étape. Tu reçois des coups et il y a les blessures qui s'additionnent. Tout ça finit par te jouer dans la tête. Mais nous avons un bon groupe de gars intelligents qui sont aussi des gars de défis », assure Bouchard.

Si vous aimez le hockey, ne ratez surtout pas cette finale.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!