NOUVELLES
27/05/2016 12:32 EDT | Actualisé 28/05/2017 01:12 EDT

La présidente des Mères argentines de la place de mai demande l'aide du pape

Hebe de Bonafini, présidente des Mères de la place de mai en Argentine, a demandé vendredi au Vatican l'aide du pape François pour lutter contre la pauvreté dans son pays lors d'un entretien indédit, après des années de tension entre elle et le pape argentin.

"Votre patrie a besoin de votre parole", a dit au pape cette figure historique de la lutte contre la dictature militaire en Argentine, selon ses déclarations devant la presse à Rome.

"J'ai expliqué pendant deux heures ce qui est en train de se passer" en Argentine, a ajouté Mme Bonafini, citant la hausse des prix dans l'alimentation et le chômage en Argentine.

La présidente des Mères de la place de mai, 87 ans, qui lutte depuis des décennies pour faire toute la lumière sur les milliers de "disparus" de la dictature argentine, a précisé avoir surtout parlé de la situation actuelle, évitant, a-t-elle dit, de faire référence aux années de la dictature (1976-83) pendant lesquelles le pape François était un responsable catholique.

La vieille dame, coiffée de son emblématique foulard blanc, a dit avoir pris la défense des pauvres et des sans emploi, dénonçant les politiques libérales mises en oeuvre par le président argentin Mauricio Macri, élu début 2016.

"En cinq mois le gouvernement a détruit ce que nous avons fait pendant 12 ans", a-t-elle dénoncé.

"Nous nous sommes salués avec une longue accolade", a affirmé celle qui avait longtemps critiqué le pape François et qui a dit regreter les années "heureuses" de la présidence de Nestor et Cristina Kirchner.

Le pape François, qui n'est pas retourné en Argentine depuis son élection au trône de Saint Pierre en 2013, a longtemps été critiqué par Mme Bonafini pour son rôle pendant la dictature, alors qu'il occupait les fonctions d'archevêque de Buenos Aires.

"Avec François, nous nous sommes trompés, comme nous nous sommes trompés avec les Kirchner", a-t-elle reconnu, manière de clôre la polémique qu'elle avait entretenu pendant des années avec le pape argentin.

kv/ob/lpt