NOUVELLES
22/05/2016 21:54 EDT | Actualisé 23/05/2017 01:12 EDT

Solaire: un milliardaire chinois quitte la tête de sa firme après une débâcle boursière

Li Hejun, qui fut brièvement l'an dernier la première fortune de Chine, a démissionné de ses fonctions à la tête du groupe de composants pour panneaux solaires Hanergy, un an après la mystérieuse débâcle boursière qui avait vu son titre s'effondrer de 50% en une demi-heure.

M. Li, fondateur et principal actionnaire de Hanergy Thin Film Power, a démissionné de ses fonctions de président et de directeur exécutif dans le but de "renforcer la gouvernance de l'entreprise", a assuré le groupe dans un communiqué transmis à la Bourse de Hong Kong.

M. Li, qui sera remplacé par un directeur adjoint de la maison-mère de l'entreprise, "confirme qu'il n'a aucun désaccord avec le conseil d'administration", ajoute cette déclaration, sans fournir d'explication. Deux autres hauts dirigeants du groupe ont également démissionné.

Cette annonce intervient un an après la suspension des échanges sur le titre de Hanergy à la Bourse de Hong Kong en raison d'une enquête des autorités de régulation.

Alors que Hanergy avait vu la valeur de sa capitalisation boursière multipliée par six en l'espace d'une année, envolée qui avait déjà suscité les interrogations du marché, son titre avait inexplicablement dévissé le 21 mai 2015 en séance, perdant soudainement 47%, soit environ 20 milliards de dollars US, avant sa suspension en catastrophe.

La commission des opérations de Bourse de Hong Kong (SFC) avait peu après ouvert une enquête, mais n'a pas à ce jour rendu ses conclusions, et la cotation est toujours suspendue.

L'épisode avait fait dégringoler Li Hejun dans le classement Forbes des premières fortunes chinoises, où il pointe désormais au 27e rang.

Selon Bloomberg, Li possède les deux tiers des parts de Hanergy, et continue de contrôler sa maison-mère.

Hanergy avait annoncé en décembre que M. Li se proposait de vendre une participation de 6% dans l'entreprise à un prix massivement réduit par rapport au dernier cours de cotation du titre avant sa suspension.

Plusieurs grands acteurs de l'industrie chinoise du solaire, minée ces dernières années par des problèmes endémiques de surcapacité, avaient connu de sévères déboires financiers: Suntech, ex-numéro un mondial du secteur, avait essuyé un retentissant défaut de paiement en 2013, suivi l'année suivante d'un autre fabricant de panneaux solaires, Chaori.

Mais le secteur profite désormais de l'élan impulsé par le gouvernement et ses efforts accrus dans les dépenses d'infrastructures. Soucieux de réduire ses émissions de carbone, Pékin a dévoilé son intention de tripler les capacités du parc solaire du pays d'ici à 2020.

jug/ehl/mcj/mcj/jh

SUNTECH POWER HOLDINGS