NOUVELLES
23/05/2016 02:09 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Les marchés "préoccupés" laissent au Portugal "le bénéfice du doute" (Praet, BCE)

"Les marchés sont préoccupés" mais laissent au gouvernement de Lisbonne "le bénéfice du doute", a estimé l'économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) Peter Praet dans une interview publiée lundi par le quotidien portugais Publico.

"Les marchés sont préoccupés, mais pas excessivement, ce qui signifie qu'il y a encore le bénéfice du doute", a affirmé M. Praet, interrogé sur la politique du gouvernement socialiste arrivé au pouvoir en novembre.

"La trajectoire budgétaire" de réduction des déficits "a été confirmée, mais une série d'interrogations demeurent concernant le budget 2016", a-t-il ajouté, avertissant notamment que la prévision de croissance sur laquelle le gouvernement assoit son programme "paraît élevée".

Le Premier ministre socialiste portugais Antonio Costa a été nommé en novembre grâce au soutien parlementaire des partis de la gauche radicale, avec la promesse de "tourner la page de l'austérité" appliquée par le précédent gouvernement de droite.

Il est, depuis, revenu sur plusieurs mesures mises en places par l'ex-Premier ministre Pedro Passos Coelho, en allégeant notamment une surtaxe sur les salaires ou en supprimant des coupes dans les revenus des fonctionnaires.

Ces changements de direction "soulèvent une série de questions", a poursuivi M. Praet. "Quelles sont les implications budgétaires, par exemple, du retour à la semaine de 35 heures?" dans la fonction publique, programmé pour juillet, a-t-il relevé.

Le déficit portugais s'est réduit en 2015 à 4,4%, restant toutefois loin de l'objectif initialement fixé de passer sous les 3%, en raison notamment du sauvetage de la banque Banif en décembre.

L'objectif du gouvernement portugais pour 2016, fixé à 2,2%, est jugé "optimiste" par la Commission européenne, qui appelle Lisbonne à prendre des mesures supplémentaires pour éviter un dérapage des finances publiques.

ode/spi