NOUVELLES
23/05/2016 10:47 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Le pétrole baisse un peu, le marché moins optimiste sur l'offre

Les cours du pétrole ont un peu baissé lundi face à plusieurs éléments qui ternissent les espoirs d'une limitation de l'offre mondiale, sans que les investisseurs semblent pour autant décidés à parier franchement sur un repli du marché.

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en juillet, dont c'était le premier jour comme contrat de référence, a perdu 33 cents à 48,08 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les cours sont légèrement sous pression car il y a un peu moins d'inquiétudes autour des problèmes d'offres à travers le monde", a résumé Gene McGillian, de Tradition Energy.

Même s'il a commencé à marquer le pas en fin de semaine dernière, le marché profite depuis le début du mois d'une conjonction de perturbations sur des sites pétroliers, que ce soit des sabotages et mouvements sociaux au Nigeria, ou les incendies dévastateurs dans la province canadienne de l'Alberta.

Or, sur le premier plan, les syndicats nigérians ont mis fin à leur grève, tandis que sur le second, plusieurs installations ont pu rouvrir, à la suite d'une météo plus fraîche et humide, donc favorable aux efforts des pompiers.

"Une nouvelle fois, le marché pétrolier est en train d'ajuster le tir", a remarqué dans une note Matt Smith, de ClipperData. "Le sentiment général se remet à pencher vers les investisseurs pessimistes face à de mauvaises statistiques économiques", dont une chute des importations japonaises, "et à l'espoir d'un rétablissement de la production canadienne."

Néanmoins, le repli des cours reste limité et ils continuent à évoluer proches de leurs plus hauts niveaux depuis quelque six mois.

"Même au plus bas de la séance, ils ne perdaient pas plus d'un dollar le baril, ce qui ne ressemble pas vraiment à un bouleversement en baisse", a souligné M. McGillian.

"Depuis une dizaine de jours, on se concentre beaucoup sur les problèmes isolés d'offre, mais je pense que si le marché a monté à près de 50 dollars le baril, c'est parce que l'on s'attend à une amélioration de la demande mondiale et à une baisse de la production américaine", a-t-il expliqué.

Depuis environ deux mois, les statistiques hebdomadaires du ministère de l'Energie montrent déjà systématiquement un déclin de la production aux Etats-Unis, désormais bien installée sous les neuf millions de barils par jour (bj).

jdy/jld/elc