NOUVELLES
23/05/2016 01:19 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Japon: Abe va demander à Obama un durcissement disciplinaire envers les soldats américains d'Okinawa

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, va demander directement à Barack Obama un durcissement des mesures disciplinaires, après l'arrestation d'un employé d'une base militaire américaine soupçonné de meurtre dans la préfecture méridionale d'Okinawa, a indiqué lundi un responsable japonais.

M. Abe prévoit d'aborder ce sujet épineux avec le président des Etats-Unis lors de sa venue au Japon cette semaine pour le sommet du G7.

En fin de semaine dernière, le Japon, choqué et en colère, avait demandé aux Etats-Unis de mieux encadrer leurs troupes après l'interpellation de Kenneth Franklin Shinzato, soupçonné d'avoir déposé au bord d'une route le corps sans vie d'une Japonaise de 20 ans, Rina Shimabukuro, portée disparue depuis fin avril.

"Le Premier ministre estime qu'un tel crime abject ne devrait plus jamais se produire" a insisté lundi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, rapportant des propos tenus plus tôt par Shinzo Abe dans un entretien avec le gouverneur d'Okinawa, Takeshi Onaga.

Se disant "furieux", M. Abe a annoncé qu'il ferait part "à Barack Obama de ce que ressent le peuple japonais à ce sujet".

"En pensant à la famille (de la victime), je n'ai pas de mots. Nous demandons à la partie américaine de prendre des mesures strictes, notamment en termes de prévention", avait déjà déclaré vendredi le Premier ministre.

Ce nouveau fait divers, après plusieurs autres de même nature dans la région, accentue l'ire de la population nippone qui supporte de moins en moins la présence à Okinawa de plus de la moitié des 47.000 soldats des Etats-Unis stationnés au Japon.

Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, avait présenté samedi ses excuses à son homologue japonais, Gen Nakatani, disant sa "tristesse et ses regrets". Il a assuré que le ministère était "déterminé à coopérer pleinement avec le gouvernement japonais et les autorités locales dans le cadre de l'enquête, afin que justice puisse être rendue".

En 1995, l'enlèvement et le viol d'une écolière de 12 ans par trois militaires avaient suscité l'ire et l'angoisse de la population locale. Les Etats-Unis avaient alors promis de renforcer la discipline de leurs troupes et décidé de déplacer la base de Futenma, mais le dossier piétine depuis 20 ans, les autorités d'Okinawa réclamant sa disparition pure et simple de leur région.

str-kap/anb/ros