NOUVELLES
23/05/2016 09:57 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Intéressant dénouement au hockey mineur de Saint-Jérôme

BILLET - Il y a eu de la contestation et la dernière saison ne semble pas avoir été de tout repos au sein de la Fédération de hockey mineur de Saint-Jérôme (FHM). Mais on ne peut que féliciter les autorités municipales et les dirigeants de cette association, qui ont saisi cette occasion pour moderniser leurs pratiques et leurs règles de gouvernance.

Un texte de Martin Leclerc

Dans une récente chronique, je faisais état des démarches d'un groupe de parents de la FHM, qui avaient soumis une longue liste de constats et d'allégations au conseil municipal de Saint-Jérôme. Aux yeux de ce groupe de parents, le fonctionnement et les règles de gouvernance de la FHM étaient défaillants.

Tous les griefs soumis au conseil n'étaient pas fondés, mais la situation avait été jugée suffisamment préoccupante pour que la Ville de Saint-Jérôme fasse appel à l'Institut de gouvernance d'organisations publiques et privées (IGOPP) pour moderniser et redonner un nouvel élan à la FHM, qui regroupe tout de même quelque 1000 joueurs.

« Quand un organisme compte 40 ans d'histoire, il y a des mises à jour qui deviennent nécessaires. C'est ce que nous avons fait. Nous repartons en vue de la nouvelle saison avec de nouvelles façons de procéder et de nouveaux règlements. Nous en ressortons tous grandis », estime le président de la FHM, Claude Léonard, qui vient de recevoir un mandat de deux ans.

***

À la suite au rapport présenté par le directeur général de l'IGOPP, Michel Nadeau, la FHM a adopté des règles de gouvernance qui pourraient sans doute inspirer d'autres associations de sport mineur au Québec, notamment :

- Le conseil d'administration sera réduit et passera de 23 à 7 personnes;

  • À compter de 2017-2018, les parents qui défraient les coûts d'inscription d'un joueur auront droit de vote aux assemblées générales (et non seulement les bénévoles, comme c'est actuellement le cas);
  • Les postes rémunérés des responsables de la logistique des heures de glace seront attribués par la Ville de Saint-Jérôme à compter de la saison 2017-2018;
  • Il ne devra plus y avoir de lien conjugal ou familial entre les membres du conseil d'administration et les gens occupant des fonctions opérationnelles au sein de la FHM;
  • Le conseil devra adopter un nouveau code d'éthique, et ses sept membres devront également remplir annuellement un formulaire de déclaration d'intérêts;
  • Un comité de gouvernance et des ressources humaines et un comité d'audit seront formés pour pourvoir les postes laissés vacants et pour s'assurer des meilleures pratiques comptables;
  • Un comité de classification indépendant de cinq membres permettra aux parents de demander une réévaluation du classement de leur enfant s'ils estiment que ce dernier a été mal évalué.

***

Plusieurs défaillances constatées par le groupe de parents qui réclamaient des changements (dont le porte-parole était Martin Labrosse, un enseignant) ont donc été revues et corrigées par l'IGOPP.

Devant l'ampleur des changements proposés, on aurait pu s'attendre à une assemblée générale mouvementée le 18 mai dernier, mais le directeur des Loisirs de la Ville de Saint-Jérôme, Martin Lavoie, a souligné le haut niveau de respect et de civilité qui régnait durant cette soirée.

« Ça s'est très bien déroulé. Ça faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu une aussi grosse assemblée au hockey mineur de Saint-Jérôme, mais les gens ont pu s'exprimer et poser des questions », a-t-il indiqué.

Aux yeux de la Ville, l'adoption de tous ces changements de règles n'était qu'une première étape.

« Notre rôle consistera maintenant à accompagner le nouveau conseil d'administration dans la mise en place de ces changements. La Ville s'assurera d'être présente dans la deuxième phase pour poursuivre le travail entamé, pour bien outiller les gens et pour soutenir les bénévoles. Ce sera une année de transition. »

Le président, Claude Léonard, souligne pour sa part qu'il est content d'avoir pu faire évoluer ce dossier en collaboration avec l'IGOPP. Une expérience qu'il qualifie de « très intéressante ».

« Nous repartons avec un nouveau comité, où l'on retrouvera un beau mélange d'expérience et de nouveaux venus. En plus, les anciens membres du conseil ont offert tout leur soutien au nouveau conseil. Alors, ça favorisera la transition », se réjouit-il.

Le hockey mineur a considérablement changé. La pratique du hockey coûte cher et les familles sont de plus en plus exigeantes et critiques quant aux services qu'ils reçoivent de la part de leur municipalité et de leur association de hockey mineur locale.

D'autres organismes sportifs québécois vivront sans doute des remises en question semblables au cours des prochaines années. Il est à souhaiter que le virage positif entrepris à Saint-Jérôme serve d'exemple.