NOUVELLES
23/05/2016 09:28 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Grèce: un Syrien échappe au renvoi en Turquie, pays jugé "non sûr"

La commission grecque d'examen d'asile a refusé de renvoyer en Turquie un demandeur d'asile syrien dans le cadre de l'accord controversé UE-Turquie, en jugeant que ce pays "n'était pas sûr pour lui", a-t-on appris lundi auprès du service d'asile.

"Il s'agit de la première décision de ce genre de la commission d'examen d'asile qui concerne particulièrement cette personne", a affirmé à l'AFP une responsable de ce service, sans dévoiler les circonstances personnelles de ce cas.

Selon cette responsable, la commission en deuxième instance a accepté l'appel du Syrien contre une décision en première instance qui avait rejeté sa demande d'asile en Grèce et avait ordonné son renvoi en Turquie dans le cadre de l'accord passé entre l'Union européenne et la Turquie visant à endiguer le flux migratoire vers l'Europe.

Ayant obtenu gain de cause, ce Syrien doit maintenant bénéficier de l'asile en Grèce.

La section grecque d'Amnesty International a salué cette décision qui "met en lumière les lacunes de l'accord UE-Turquie".

"Ayant fait appel d'une décision qui aurait débouché sur son renvoi forcé vers la Turquie, un ressortissant syrien arrivé sur l'île grecque de Lesbos a eu gain de cause, ce qui met en lumière les lacunes fondamentales de l'accord sur les réfugiés signé en mars entre l'Union européenne et la Turquie, a déclaré Amnesty International le 20 mai 2016", a indiqué ce texte, renvoyant au communiqué de l'ONG publié la semaine dernière sur son site international.

Selon Amnesty "la commission d'appel a infirmé le jugement de la première instance qui considérait la Turquie comme un pays tiers sûr faisant valoir qu'elle ne garantit pas aux réfugiés l'entière protection prévue par la Convention relative au statut des réfugiés".

Depuis l'entrée en vigueur de l'accord UE-Turquie, 8.500 réfugiés s'entassent sur les îles grecques et sont en principe censés être renvoyés en Turquie.

Toutefois la grande majorité, soit environ 7.800 personnes, ont exprimé leur intention de demander l'asile en Grèce, selon le service d'asile. Ils espèrent ainsi échapper au renvoi en Turquie, la commission grecque d'asile étant obligée d'examiner ces demandes une par une, ce qui freine la renvoi des migrants en Turquie, prévu par l'accord UE-Turquie.

"Jusqu'au 15 mai, 878 demandes d'asile ont été déposées dont 772 concernent des ressortissants syriens", a précisé le service d'asile.

hec/mr