NOUVELLES
23/05/2016 09:06 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Bahreïn empêche l'enfant d'une opposante de sortir de prison (ONG)

Les autorités bahreïnies ont rejeté une demande de la famille de l'opposante et militante des droits de l'Homme incarcérée Zaïnab al-Khawaja de laisser son enfant sortir de prison, a indiqué lundi une ONG.

Membre de la communauté chiite, majoritaire dans ce petit royaume du Golfe dirigé par une dynastie sunnite, Mme Khawaja a été emprisonnée en mars après avoir été reconnue coupable d'"insulte au roi" pour avoir déchiré le portrait du souverain de Bahreïn dans un tribunal.

Zaïnab al-Khawaja, qui avait pris son jeune fils avec elle en prison, a informé dimanche sa famille qu'elle "avait attrapé la grippe et ne pouvait plus s'occuper de son fils de 17 mois, craignant que l'enfant tombe lui aussi malade", a indiqué le Centre du Golfe pour les droits de l'Homme (GCHR).

Mais quand son mari a demandé de prendre l'enfant, l'administration pénitentiaire lui a répondu que "cela n'était pas permis et que l'enfant ne pouvait quitter la prison quel que soit l'état de santé de la mère", selon le GCHR, co-dirigé par la soeur de Zaïnab al-Khawaja, qui réside à l'étranger.

Sa mère, Khadija Al-Mousawi, a également affirmé avoir été empêchée de faire sortir l'enfant de prison.

"Il est clair pour moi que mon petit-fils n'accompagne pas sa mère en prison mais qu'il est lui aussi prisonnier", a indiqué Mme Mousawi selon le GCHR.

Début mai, les autorités bahreïnies avaient annoncé leur intention de libérer Mme Khawaja "pour des raisons humanitaires".

Zaïnab al-Khawaja est la fille du militant des droits de l'Homme Abdel Hadi al-Khawaja et détient également la nationalité danoise.

Le royaume de Bahreïn demeure fortement divisé depuis la répression par les autorités en février 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle.

Des dizaines de personnes dont des opposants politiques y ont été jugés et condamnés à de lourdes peines de prison notamment pour critiques contre le pouvoir.

lyn/bpe/feb