NOUVELLES
23/05/2016 04:03 EDT | Actualisé 24/05/2017 01:12 EDT

Afghanistan: le mouvement des talibans depuis 1994

Les talibans afghans, dont le chef, le mollah Akhtar Mansour, a été tué samedi au Pakistan par une frappe de drones américains, sont des islamistes armés apparus en Afghanistan en pleine guerre civile à la fin de l'été 1994.

Le mollah Mansour avait pris la tête du mouvement jihadiste en juillet 2015 après l'annonce du décès de leur fondateur, le mollah Mohammad Omar, mort de maladie deux ans plus tôt, selon les talibans.

Ce mouvement d'"étudiants en religion" (talibans) surgit en 1994 des camps de réfugiés afghans au Pakistan. Il connaît une ascension fulgurante en pays pachtoune, sa zone d'origine (sud et est), promettant de restaurer l'ordre et la justice alors que sévit une sanglante guerre civile (1992-1996) après la guerre contre l'occupation soviétique (1978-89).

Soutenus par le Pakistan, les talibans s'emparent presque sans combat de Kandahar, coeur du pays pachtoune, en octobre 1994, puis de Kaboul le 26 septembre 1996, avec l'approbation tacite des Etats-Unis.

Ils instaurent alors un régime de terreur d'une austérité sans précédent en Afghanistan, détruisant même les bouddhas géants de Bamiyan (mars 2001).

Le territoire des talibans devient un sanctuaire pour les jihadistes du monde entier qui viennent s'y entraîner jusqu'en 2001.

Après les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, Washington et ses alliés de l'Otan lancent une opération militaire en Afghanistan. Les talibans sont lâchés par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Pakistan, seuls à avoir noué des relations diplomatiques avec eux.

Le régime taliban capitule le 6 décembre 2001, ses chefs s'enfuient avec ceux d'Al-Qaïda notamment dans les zones tribales montagneuses au Pakistan où ils reconstituent leurs forces pour "chasser les croisés" d'Afghanistan.

Attentats et embuscades se multiplient contre les forces occidentales et du gouvernement du président Hamid Karzaï, un Pachtoune élu en octobre 2004, considéré par les talibans comme une "marionnette des Etats-Unis".

En 2009, les talibans dénoncent la réélection du président Karzaï, auquel succèdera en 2014 l'actuel président Ashraf Ghani.

L'Otan met fin à sa mission de combat en Afghanistan le 31 décembre 2014, remplacée par une opération de formation et soutien à l'armée afghane avec environ 13.000 militaires dont près de 10.000 Américains.

En juillet 2015, le Pakistan accueille les premiers pourparlers directs, soutenus par Washington et Pékin, entre Kaboul et les talibans. Mais le dialogue tourne court après l'annonce de la mort du mollah Omar.

En 2015, les talibans, confrontés à la percée du groupe jihadiste Etat islamique rejoint par une dizaine de leurs ex-commandants, enregistrent leurs plus grandes avancées militaires depuis 2001. Ils s'emparent brièvement en septembre de la ville de Kunduz (nord), prennent des districts dans le Helmand (sud) et revendiquent une série d'attentats sanglants notamment à Kaboul.

Parallèlement, des contacts reprennent en vue de relancer le dialogue. Une délégation du bureau installé par les talibans au Qatar depuis juin 2013 arrive au Pakistan fin avril.

Après l'annonce de la mort de leur chef, contesté au sein du mouvement, les talibans ont réuni dès dimanche soir un conseil suprême ("choura" centrale) dans un lieu tenu secret pour désigner son successeur.

kd/lch/pj/ahe/gde/ros