NOUVELLES
21/05/2016 07:24 EDT | Actualisé 22/05/2017 01:12 EDT

Une journée à Cannes: Verhoeven transgressif, Farhadi épuré, Huppert au sommet

Voici les femmes, les hommes, les films qui ont marqué la dixième et dernière journée de la compétition du 69e Festival de Cannes, samedi:

La femme

- L'actrice française Isabelle Huppert est de retour à Cannes en compétition avec "Elle", polar jubilatoire et transgressif du Néerlandais Paul Verhoeven ("Basic Instinct"). Au sommet de son art, Isabelle Huppert, prête à toutes les expériences au théâtre comme au cinéma, incarne une femme d'affaires victime d'un viol. L'actrice aux plus de 100 films, deux fois couronnée à Cannes par le prix d'interprétation féminine - pour "Violette Nozière" du Français Claude Chabrol en 1978 et "La Pianiste" de l'Autrichien Michael Haneke en 2001 - paraît l'une des mieux placées pour décrocher, à 63 ans, un troisième prix.

- L'actrice iranienne Taraneh Alidousti, 32 ans, est à l'affiche du dernier film en compétition "Le Client", réalisé par son compatriote Asghar Farhadi, le cinéaste d'"Une séparation". C'est le 4e film qu'elle tourne avec le cinéaste iranien qui en a fait son actrice fétiche. Taraneh Alidoosti a été révélée dans "Moi, Taraneh, 15 ans" qui lui a valu le prix d'interprétation féminine en 2002 au Festival de Locarno.

Les hommes

- Le cinéaste néerlandais Paul Verhoeven est en lice pour la Palme d'or avec "Elle", pimentant son cocktail habituel de sexe et de violence de beaucoup d'humour. Pour son premier film français, le réalisateur de "Basic Instinct" met en scène une femme d'affaires qui a réussi dans les jeux vidéos et se fait violer par un homme cagoulé. A la veille du palmarès, le film a été très bien accueilli lors de la projection de presse, avec des rires et des applaudissements.

- Le réalisateur iranien Asghar Farhadi revient en compétition à Cannes avec "Le Client", nouveau drame domestique et social épuré, aux allures de thriller psychologique, qui se déroule dans la classe moyenne en Iran, un pays qui "lui manque" quand il n'y tourne pas, a-t-il dit à l'AFP. C'est la deuxième fois qu'Asghar Farhadi est en lice pour la Palme d'or, après y avoir présenté "Le Passé" en 2013.

Le Brésil, prix du documentaire

"Cinema Novo" du Brésilen Eryk Rocha a reçu "L'Oeil d'or", le prix du documentaire du Festival de Cannes, créé par la Scam (Société civile des auteurs multimédia), en partenariat avec le festival et l'INA (Institut national de l'Audiovisuel). "Ce film est un film manifeste sur la pertinence aujourd'hui d'un mouvement cinématographique presque oublié des années soixante, le Cinema Novo brésilien", a souligné le jury présidé cette année par le réalisateur italien Gianfranco Rosi. Une mention spéciale distingue les Indiens Shirley Abraham et Amit Madheshiya pour "The Cinema Travelers" (Inde).

L'avis des critiques

A la veille du palmarès, les films allemand "Toni Erdmann", américain "Paterson" et roumain "Baccalauréat" faisaient figure, samedi, de favoris d'un Festival de Cannes riche en portraits de femmes et où le surnaturel a côtoyé des thèmes bien ancrés dans le réel. "Moi, Daniel Blake" du Britannique Ken Loach et "Aquarius" du Brésilien Kleber Mendonça Filho ont également séduit les critiques. Le jeu restait toutefois ouvert avec l'entrée en compétition de "Elle" de Paul Verhoeven et "Le Client" d'Asghar Farhadi.

bur-jfg/slb/mm