Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mauresmo n'avait plus rien à apprendre à Murray

Amélie Mauresmo a brisé le silence sur la fin de son association avec Andy Murray, 2e joueur mondial.

En juin 2014, le Britannique était devenu le premier joueur à embaucher une femme comme entraîneuse. Le 9 mai, il annonçait leur divorce professionnel.

L'ancienne numéro un mondiale avait l'impression d'avoir fait le tour du jardin avec Murray qu'elle n'a pu mener à un troisième titre dans un tournoi du grand chelem.

« J'avais l'impression que nous ne pouvions plus avancer sur le plan professionnel, a dit la Française dans une entrevue parue samedi dans le magazine L'Équipe. Andy est quelqu'un de complexe. Sur le court et dans la vie de tous les jours, il peut être deux personnes complètement différentes. Ça peut être déconcertant. J'étais là pour l'aider, mais j'avais l'impression que je pouvais plus l'aider à progresser. »

Gagnantes de deux tournois du grand chelem, Mauresmo a tout de même aidé Murray à décrocher ses premiers titres sur terre battue. C'était au tournoi de Munich et au Masters de Madrid l'an dernier.

Maman depuis août dernier, Mauresmo a pris six mois de congé après la naissance de son premier enfant.

« Depuis les Internationaux d'Australie, j'ai réduit le nombre de semaines à ses côtés. Ça a été une période assez difficile pour lui et je ne pouvais pas l'aider. »

L'Écossais avait, en effet, été éliminé dès le troisième tour des Masters d'Indian Wells et de Miami en mars.

Depuis le début de la saison sur terre battue, il a haussé son jeu avec une demi-finale au Masters de Monte-Carlo, une finale à celui de Madrid avant de conclure avec une victoire, contre Novak Djokovic, au Masters de Rome dimanche dernier.

Mauresmo, elle, n'a pas voulu préciser davantage les raisons de leur séparation, à part qu'elle était inévitable.

Elle a toutefois vanté l'éthique de travail de son ancien protégé et l'a qualifié de champion.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.