NOUVELLES
21/05/2016 07:39 EDT | Actualisé 22/05/2017 01:12 EDT

Irak: la frontière partagée avec la Jordanie sera bientôt rouverte

AMMAN, Jordanie — Une frontière importante entre l'Irak et la Jordanie devrait rouvrir dans deux semaines après près d'un an de fermeture, ce qui pourrait permettre une reprise du commerce et le retour de réfugiés irakiens, a révélé samedi une diplomate irakienne.

L'Irak avait fermé le passage en juillet dernier puisque de larges territoires dans la province d'Anbar étaient tombés entre les mains du groupe armé État islamique. Mais depuis leur expansion rapide en 2014, les extrémistes ont perdu le contrôle d'Anbar dans les derniers mois, dont la ville de Routba plus récemment.

La reprise de Routba par l'armée irakienne cette semaine a préparé le terrain à la réouverture prochaine de la frontière de Trebil. Les forces de sécurité ont maintenant besoin de temps pour retirer les explosifs laissés par les extrémistes, a indiqué l'ambassadrice irakienne en Jordanie, Safia al-Souhail.

Routba est à environ 145 kilomètres de la frontière et elle est située sur la route commerciale entre la Jordanie et l'Irak qui lie les deux capitales, Amman et Bagdad.

L'ambassadrice irakienne a indiqué qu'elle s'attendait à ce que la frontière rouvre dans deux semaines, bien qu'il soit possible que ce soit un peu plus court ou un peu plus long.

En fermant la frontière l'année dernière, Bagdad disait vouloir départir les militants de l'État islamique des taxes qu'ils imposaient aux camions de marchandises qui passaient par ce chemin.

Cette décision avait porté un dur coup à la Jordanie, qui a exporté l'année dernière l'équivalent de 690 millions $ US en marchandises. La Jordanie, un proche allié des pays occidentaux, fait partie de la campagne internationale de frappes aériennes contre le groupe armé État islamique, qui contrôle toujours de larges territoires en Irak et en Syrie. 

«Nous espérons que la frontière rouvrira plus tôt que tard, puisqu'elle bénéficie grandement à l'Irak et la Jordanie», a affirmé le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed Momani.

On ne sait pas encore si la réouverture de la frontière assurera automatiquement la reprise des activités commerciales. L'armée irakienne ne pourra peut-être pas sécuriser l'autoroute des contre-attaques des extrémistes, ce qui pourrait dissuader les gens d'affaires à utiliser ce chemin.

L'ambassadrice irakienne dit espérer que cette décision ramènera plusieurs Irakiens qui s'étaient réfugiés en Jordanie.