NOUVELLES
21/05/2016 01:33 EDT | Actualisé 22/05/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Ronaldo et les petits poucets islandais du groupe F

Est-ce enfin l'heure de Cristiano Ronaldo sous le maillot portugais? La mégastar madrilène, mal épaulée par un groupe vieillissant, a souvent déçu en compétition internationale, facteur qui pourrait permettre à l'Autriche, la Hongrie ou au petit poucet islandais de s'extirper d'un groupe E équilibré.

On peut avoir déjà marqué, à 31 ans, l'histoire de son sport, remporté trois Ballons d'or et deux Ligues des Champions - et être encore en lice pour en remporter une troisième, le 28 mai à San Siro - et ne pas être entièrement incontestable. Cristiano Ronaldo a bien atteint la finale de l'Euro-2004, à 19 ans, mais n'a jamais apporté au Portugal de titre majeur, et a même été critiqué après le Mondial-2014.

Demi-finaliste du Mondial-2006 et de l'Euro-2012, quart de finaliste à l'Euro-2008, éliminé en huitièmes de finale du Mondial-2010 et dès le premier tour de la Coupe du Monde 2014, Cristiano Ronaldo doit composer avec un groupe portugais vieillissant, qui compte le plus vieux joueur de champ de la phase de qualifications pour cet Euro-2016, le défenseur central Ricardo Carvalho, 38 ans le 18 mai. Ce qui n'incite pas forcément à l'optimisme.

D'autant que le prometteur milieu offensif de Monaco, Bernardo Silva, s'est blessé à la cuisse droite avant le dernier match de la saison de Ligue 1 et n'a pas été retenu dans le groupe portugais, et qu'une autre promesse, Renato Sanches, devra digérer son transfert colossal du Benfica Lisbonne au Bayern Munich.

A 18 ans, il a été valorisé par le club bavarois au minimum 35 millions d'euros, avec des bonus pouvant porter le montant total du transfert à 80 millions d'euros, selon un porte-parole du Benfica. Et il a dans la foulée été appelé pour l'Euro.

- Couteau suisse autrichien -

Bref, le Portugal est bien le favori de son groupe, mais n'écrasera pas les pronostics comme la France est grandissime favorite de son groupe A. La faute notamment à une sélection autrichienne bien classée par la Fifa (11e, alors que le Portugal est 8e), et emmenée par un capitaine expérimenté, Christian Fuchs, qui vient d'être sacré champion d'Angleterre avec la sensation Leicester.

Elle compte dans ses rangs un avant centre plutôt efficace qui évolue à Stoke, en Premier League, Marko Arnautovic, un milieu de terrain efficace et incontournable en sélection comme avec le Werder Brême, Zlatko Junuzovic, et un couteau suisse de grand talent adoré par Pep Guardiola, désormais ex-entraîneur du Bayern Munich, David Alaba.

La Hongrie pourra s'appuyer sur un passé glorieux, avec des finales de Coupe du Monde disputées en 1938 et 1954 et trois titres de champion olympique (1952, 1964, 1968). Mais elle n'a pas disputé de phase finale majeure depuis 1986, ne compte aucun joueur évoluant dans un grand club européen - si ce n'est le gardien Adam Bogdan, de Liverpool, jamais aligné lors des qualifications pour l'Euro - et son meilleur joueur actuel, Zoltan Gera, est vieillissant (37 ans).

Et puis il y a l'Islande de Gylfi Sigurdsson, le milieu de terrain de Swansea. Le petit pays plutôt porté vers le handball s'est brillamment extrait d'un groupe de qualifications comptant notamment la Turquie, la République tchèque et les Pays-Bas. Avec la manière, en plus, pour s'offrir une participation historique à l'Euro-2016. Les Pays-Bas n'y ont pas résisté, seule nation majeure absente de ce championnat d'Europe à 24 nations. Voilà Ronaldo et le Portugal prévenus...

cda/pgr/yk/jcp