NOUVELLES
21/05/2016 02:27 EDT | Actualisé 22/05/2017 01:12 EDT

Euro-2000 et 2004 - Le règne français, la victoire antique grecque

La France prolonge sa domination en remportant l'Euro-2000 au terme de la finale la plus folle de l'histoire, quatre ans avant l'immense surprise grecque et son football antique.

Surprises. En 2000 à Rotterdam, la surprise jaillit des pieds de Sylvain Wiltord, qui égalise à la dernière seconde de la finale contre l'Italie. Les hommes de Dino Zoff ne s'en remettront jamais et s'inclinent en prolongation (2-1 b.e.o.) sur un but-en-or de David Trezeguet, comme lors de la finale 1996.

Déjà en demi-finale la France avait étiré le suspense jusqu'à la fin de la prolongation, écartant le Portugal sur un "penalty-en-or" de Zinédine Zidane, pour une main d'Abel Xavier, laissant les partenaires de Luis Figo fous de colère.

Dans l'autre demi-finale, l'Italie, monstre de compétition, résiste aux Pays-Bas pourtant à domicile à dix contre onze pendant une heure et demie et s'impose aux tirs au but (0-0, 3 t.a.b. à 1).

Ce match est un cauchemar pour les "Oranjes", qui ratent deux penalties dans le match, par Franck De Boer et Patrick Kluivert, et trois tirs au but, le capitaine De Boer échouant encore face à Francesco Toldo.

L'autre pays organisateur, la Belgique, pour le premier Euro accueilli à deux, ne franchi pas le premier tour.

Si le scénario final a souri aux Français, les Bleus ont mérité leur victoire, plus mûrs et plus joueurs qu'en 1998, l'année de leur sacre en Coupe du monde.

- Génial Otto Rehhagel

En 2004, la surprise naît dans le cerveau génial d'Otto Rehhagel, l'entraîneur allemand de la Grèce. Ce Périclès footballistique bâtit une escouade disciplinée comme des Spartiates, qui fait tomber un à un, et 1 à 0, tous ses adversaires de la phase à élimination directe, la France, la république Tchèque et le Portugal en finale.

Les hoplites du général Otto résistent à tout et portent la Grèce vers un des plus grands exploits de l'histoire du football.

Déjà au match d'ouverture les Grecs avaient frappé fort en battant le pays organisateur, le Portugal, grâce à Giorgios Karagounis et à un penalty d'Angelos Basinas. Le jeune Cristiano Ronaldo (19 ans) a seulement réduit le score en toute fin de match. Et le soir de la finale le prodige finira en larmes, vaincu par le but d'Angelos Charisteas.

Cet Euro plein de surprises est aussi marqué par la seule apparition de la Lettonie dans une grande compétition, l'élimination dès le premier tour des deux monstres du continent, l'Allemagne et l'Italie, et par un France-Angleterre (2-1) complètement fou remporté par les Bleus avec deux buts de Zinédine Zidane et Thierry Henry dans le temps additionnel.

eba/jcp