NOUVELLES
19/05/2016 20:01 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

La nouvelle présidente de Taïwan appelle à un "dialogue positif" avec la Chine

La nouvelle présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a appelé vendredi à un "dialogue positif" avec Pékin lors de son discours inaugural, adoptant un ton conciliant face à une Chine de plus en plus hostile.

"Les deux parties gouvernantes sur les deux rives du détroit (de Formose) doivent laisser de côté le poids de l'Histoire et s'engager dans un dialogue positif, pour le bénéfice du peuple de part et d'autre", a-t-elle dit après sa prestation de serment.

Pékin considère toujours Taïwan comme faisant partie intégrante de son territoire, susceptible d'être reprise par la force le cas échéant.

La Chine souhaite que Mme Tsai endosse le consensus tacite conclu en 1992 entre Pékin et Taipei qui veut qu'il n'y ait qu'"une seule Chine" et laisse à chaque partie le loisir d'interpréter cela comme elle l'entend.

La nouvelle présidente, comme le Parti démocratique progressiste (PDP) dont elle est issue, refuse de reconnaître ce consensus, à la différence du président sortant Ma Ying-jeou qui avait opéré un rapprochement spectaculaire avec Pékin.

Mme Tsai n'a pas divergé de sa position mais a cherché à placer Taipei dans la peau du pacificateur, à rebours de l'idée que se fait Pékin d'un nouveau pouvoir qui serait source d'instabilité.

"Les relations bilatérales sont devenues partie intégrante de la construction de la paix régionale et de la sécurité collective", a-t-elle déclaré devant 20.000 spectateurs, qui l'ont fréquemment applaudie.

"Dans ce processus, Taïwan sera une +gardienne de la paix ardente+ qui participe activement et n'est jamais absente", a-t-elle dit.

cty-aw/lm/ev/pyv