NOUVELLES
19/05/2016 17:01 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Un technocrate turc sera bientôt confirmé premier ministre

ISTAMBOUL — Le parti au pouvoir en Turquie a formellement nommé Binali Yildirim comme son candidat pour diriger le parti et devenir le prochain premier ministre du pays, jeudi.

Le porte-parole du Parti de la justice et du développement, Omer Celik, en a fait l'annonce, affirmant que le législateur originaire d'Izmir avait été choisi par «un grand consensus».

M. Yildirim est le ministre des Transports, des Affaires maritimes et des Communications en plus d'être un membre fondateur du parti. Il n'aura aucun opposant pour accéder à la direction du parti lors d'une convention spéciale qui aura lieu à Ankara, dimanche. Traditionnellement, le poste de premier ministre en Turquie revient au dirigeant du plus important parti au Parlement.

Le remaniement survient après que le premier ministre Ahmet Davutoglu eut annoncé le 4 mai qu'il renonçait à ses fonctions en raison de différends avec le président Recep Tayyip Erdogan. Les analystes s'attendent à ce que son successeur soit plus en accord avec M. Erdogan, qui met de la pression pour une révision constitutionnelle qui lui conférerait plus de pouvoirs.

Les militants saluent le rôle joué par M. Yildirim dans le développement des projets d'infrastructures phares du président, qui ont aidé à maintenir à flot l'économie de la Turquie et à augmenter la popularité du parti. Mais ses détracteurs, dont le chef du principal parti d'opposition, l'ont accusé de corruption en 2014. M. Yildirim a rejeté les accusations.

Le changement à la tête du parti survient à un moment où la Turquie, membre de l'OTAN, fait face à plusieurs menaces de sécurité dont un conflit qui remonte à la surface avec les rebelles kurdes au sud-est, une vague d'attentats-suicides attribués aux militants kurdes et aux combattants du groupe armé État Islamique, et l'impact de la guerre en Syrie — pays voisin.