NOUVELLES
19/05/2016 06:27 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Pologne: interpellation du chef d'un petit parti prorusse, soupçonné d'espionnage

Le chef d'un petit parti prorusse polonais, Mateusz Piskorski, soupçonné d'espionnage, a été interpellé et le procureur doit demander sa mise en état d'arrestation, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le communiqué laconique du département du parquet chargé du crime organisé et de la corruption se borne à indiquer que "le citoyen Mateusz P." (la loi interdit aux officiels de citer son nom, mais les médias polonais l'ont largement diffusé) a été arrêté mercredi.

Pour plusieurs médias polonais, si les soupçons d'espionnage se confirment, il est fort probable qu'il s'agit d'activités au profit de la Russie, même si une télévision privée a évoqué aussi la Chine.

M. Piskorski a démarré sa carrière politique il y a une dizaine d'années au sein du parti paysan radical Samoobrona, puis, après la désintégration de ce dernier, a créé son propre mouvement baptisé "Zmiana" (Changement). Ce dernier groupuscule, qui a demandé, mais n'a pas encore obtenu son enregistrement comme parti politique, s'est fait connaître notamment en approuvant l'annexion de la Crimée par la Russie. Son chef a participé à de nombreuses émissions des télévisions russes, affichant son appui à la politique de Moscou.

Selon les médias, les services spéciaux ont perquisitionné mercredi le bureau de Zmiana, alors que le numéro deux du parti, Konrad Rekas, a indiqué sur sa page internet que des policiers de l'Agence de sécurité intérieure (ABW) avaient fouillé les appartements des dirigeants de la formation, à la recherche de disques durs, de supports de stockage amovibles et de documents. Il a dénoncé "une tentative d'intimidation contre des milieux ayant une vision de la politique étrangère, intérieure et socio-économique différente de celle du gouvernement".

via/bo/lpt