NOUVELLES
19/05/2016 11:24 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Nigeria: l'armée continue à progresser à Sambisa, bastion de Boko Haram

Le gouverneur de l'Etat de Borno et le ministre de la Défense ont assuré jeudi que les troupes nigérianes continuaient leur progression dans la forêt de Sambisa, bastion de Boko Haram, nourrissant l'espoir que les 218 dernières lycéennes enlevées à Chibok par le groupe islamiste seraient bientôt sauvées.

Les soldats "progressent déjà dans la forêt, avec détermination", a affirmé à la presse Kashim Shettima. Le gouverneur s'exprimait à la résidence officielle du président Muhammadu Buhari à Abuja, où a été reçue un peu plus tôt Amina Ali, première des lycéennes à avoir été retrouvée.

"Pour être juste à leur égard, a poursuivi le gouverneur, ils consacrent énormément de ressources et de temps à la forêt de Sambisa. Je suis un éternel optimiste. Et je crois que dans les prochains jours et les prochaines semaines, on en récupérera d'autres."

Le ministre de la Défense Mansur Dan Ali, également présent lors de la rencontre entre Amina et le chef de l'Etat, a quant à lui réaffirmé que Sambisa était "le refuge des terroristes de Boko Haram". Cela fait des semaines que l'armée nigériane traque les islamistes et leurs otages et détruit des camps de Boko Haram dans la savane de cette ancienne réserve naturelle.

Selon le ministre, une opération baptisée "Lafia Dole" a été lancée il y a trois semaines pour "nettoyer la forêt de Sambisa". Depuis son lancement le 28 avril, a-t-il affirmé, sept soldats ont péri, tandis que 69 combattants de Boko Haram ont été tués.

Le 14 avril 2014, Boko Haram avait enlevé 276 jeunes filles d'un lycée de Chibok. Cinquante-sept d'entre elles avaient réussi à s'échapper dans les heures suivant leur rapt par le groupe islamiste.

Ce kidnapping sans précédent avait provoqué une vague d'indignation au Nigeria et dans le monde entier. Mais malgré cette mobilisation, jusqu'à la découverte d'Amina Ali, on était toujours sans nouvelles des 219 captives.

Pour le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir El-Rufai, la découverte d'Amina à proximité de la forêt mardi "réveille notre espoir que d'autres soient encore en vie". "Grâce à Dieu, a-t-il ajouté, les opérations se poursuivent à Sambisa, et d'ici ce qui n'est plus qu'une question de semaines, nous retrouverons toutes les filles saines et sauves".

Selon des responsables locaux, Amina, aujourd'hui âgée de 19 ans, a affirmé à sa famille, lors de brèves retrouvailles dans son village natal de Mbalala, près de Chibok, que la plupart des autres victimes se trouvaient toujours dans la forêt de Sambisa, mais que "six d'entre elles sont déjà mortes".

ola-phz/dom