NOUVELLES
19/05/2016 06:52 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Les Seychelles dépénalisent l'homosexualité

Les Seychelles ont dépénalisé l'homosexualité, en amendant le code pénal qui prévoyait jusqu'à 14 ans de prison pour la sodomie, une pratique sexuelle considérée comme un crime depuis l'époque coloniale britannique, a indiqué jeudi l'agence de presse des Seychelles (SNA).

L'archipel de l'océan Indien devient ainsi l'un des rares pays membre de l'Union africaine à autoriser de facto l'homosexualité, qui demeure un crime dans une majorité de pays africains. Selon le correspondant de l'AFP aux Seychelles, les poursuites étaient toutefois très rares, les contrevenants devant être pris sur le fait.

L'article amendé par les députés rendait illégale "la connaissance charnelle contre-nature". Concrètement, c'est la sodomie - entre deux hommes ou entre un homme et une femme - qui était visée par ce texte. Aux Seychelles, l'homosexualité féminine n'est pas poursuivie.

"Sur les 28 députés présents pour le vote (l'assemblée en compte 32 au total, Ndlr), 14 ont voté pour et l'autre moitié s'est abstenue", a rapporté la SNA après le vote de mercredi dans la capitale Victoria. Quatre autres députés n'étaient pas présents.

Au mois de mars, le procureur général des Seychelles, Ronny Govinden, avait prévenu que cet amendement, lorsqu'il serait voté, "décriminaliser(ait) l'homosexualité" dans l'archipel.

C'est le président seychellois James Michel qui avait lancé cette réforme en février, mais il n'avait donné aucune consigne de vote aux 31 députés de son parti, le Parti Lepep. Ces derniers ont été invités à voter en leur âme et conscience.

"Notre Constitution stipule clairement que toutes les personnes sont égales et c'est ce en quoi notre parti croit", a pour sa part déclaré Francesca Monnaie, la chef de l'opposition au parlement et responsable par intérim du Mouvement démocratique populaire.

"Donc, je ne vois pas pourquoi nous devrions entretenir une discrimination contre un groupe spécifique fondé sur son orientation sexuelle", a ajouté Mme Monnaie, qui a voté en faveur de l'amendement de la loi.

L'économie des Seychelles, un archipel paradisiaque de 115 îles, repose en grande partie sur un tourisme de luxe, avec de nombreuses lunes de miel à la clé.

Dans un pays où plus de trois-quarts de la population est catholique, les défenseurs du projet ont tenté ces dernières semaines d'atténuer les réticences de certaines responsables politiques ou religieux.

"Un pêché n'est pas déterminé par le gouvernement mais par la religion", a ainsi plaidé le ministre seychellois des Affaires étrangères, Joel Morgan. "Chaque individu doit agir en conscience sur cette question."

Fabianna Bonne, qui dirige la principale association du pays pour les droits des homosexuels, a estimé qu'il fallait à présent éduquer la société "contre les idées reçues et les stéréotypes négatifs", a rapporté la SNA.

bur-pjm/fal/ndy/dom