NOUVELLES
19/05/2016 02:04 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Le président du Bundestag allemand fustige un Erdogan "autocratique"

Le président du Bundestag, Norbert Lammert, fustige jeudi "les ambitions autocratiques" du président turc Recep Tayyip Erdogan, à deux semaines du vote par la chambre basse du parlement allemand d'une résolution sur le génocide arménien susceptible d'envenimer les relations avec Ankara.

Le comportement actuel du président turc est "malheureusement dans la continuité de toute une série d'évènements qui font en sorte que la Turquie s'éloigne toujours plus des principes qui régissent à nos yeux une démocratie", a déclaré M. Lammert au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

M. Lammert, membre de la CDU de la chancelière Angela Merkel, critique notamment le projet de révision constitutionnelle qui vise à lever l'immunité des députés visés par des procédures judiciaires, une initiative que le principal parti prokurde voit comme une manoeuvre du gouvernement pour évincer ses élus.

Pour le président de la chambre basse du Parlement allemand, M. Erdogan confirme ainsi ses "ambitions autocratiques".

Ces critiques interviennent alors que le Bundestag a mis à son ordre du jour du 2 juin le vote d'une résolution, proposée par les groupes parlementaires CDU/CSU, SPD et des Verts intitulée "Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans".

Lorsque le président allemand Joachim Gauck avait pour la première fois qualifié de génocide le massacre des Arméniens en 1915 par l'empire Ottoman, M. Erdogan avait exprimé sa colère, l'accusant avec d'autres "de soutenir les revendications basées sur les mensonges arméniens".

Le gouvernement allemand essaie depuis des semaines de ménager les susceptibilités turques, Ankara étant le partenaire clé d'un accord controversé avec l'Union européenne qui a permis de réduire considérablement l'afflux de migrants en Europe. Et la chancelière allemande se rend dimanche et lundi en Turquie pour participer à un sommet humanitaire mondial.

Par ailleurs, le vote du Bundestag sur un texte dont la teneur précise n'est pas encore connue intervient dans un contexte de relations germano-turques tendues, en raison de la polémique sur un poème satirique insultant M. Erdogan, imaginé par un humoriste allemand.

Jan Böhmermann, l'auteur du poème qui traite le président turc de pédophile et de zoophile, fait l'objet de poursuites de la part d'Ankara, poursuites autorisées par le gouvernement allemand - comme le requiert le code pénal dans le cadre du délit d'insulte à un représentant d'un Etat étranger.

elr/alf/pt