POLITIQUE
19/05/2016 01:53 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:59 EDT

Irrégularités au MTQ : Le leadership de Couillard remis en cause (VIDÉO)

QUÉBEC – Les démissions de la sous-ministre Dominique Savoie et du chef de cabinet du ministre des Transports n’auront pas suffi à calmer la grogne à Québec. L’opposition s’interroge maintenant sur le leadership de Philippe Couillard.

Après les allégations d’irrégularités au MTQ la veille, le 98,5FM rapporte jeudi que l’analyste Annie Trudel, embauchée à l’époque par Robert Poëti pour faire le ménage dans la gestion du ministère, s’est vue mettre des bâtons dans les roues par la sous-ministre. Le premier ministre a affirmé que ce nouvel élément l’obligeait à apporter des modifications.

Pourtant, le chef de cabinet de Philippe Couillard, Jean-Louis Dufresne, connaissait les allégations d’irrégularités au MTQ puisqu’il en a été informé il y a trois semaines par l’ex-ministre des Transports, Robert Poëti. De la même façon, le plus haut-fonctionnaire de l’État, le secrétaire général du conseil exécutif Roberto Iglesias, connaissait les problèmes soulevés par Annie Trudel dans sa lettre de démission.

Ces deux proches collaborateurs auraient dû alerter le premier ministre, estime l’opposition.

«De deux choses l'une : ou monsieur Couillard nous ment en nous disant qu'il n'était pas au courant des irrégularités importantes au ministère des Transports, alors que son ministre, son secrétaire d'État et son directeur de cabinet étaient au courant… ou il nous ment ou il y a un sérieux problème de gestion», a lancé le chef de la CAQ lors d’un point de presse jeudi.

Bombardé de questions au Salon bleu, le premier ministre a reconnu avoir été tenu dans l’ignorance par son chef de cabinet. «Il est clair, monsieur le Président, que le flot de l'information doit s'améliorer, on a toujours des améliorations à faire dans les organisations», a dit Philippe Couillard.

Cet aveu a soulevé des inquiétudes au PQ. «J'aurais des doutes sur mon entourage, si j'étais à sa place, parce que pendant trois semaines il a été tenu dans l'ignorance par son chef de cabinet», a lancé le chef par intérim du PQ, Sylvain Gaudreault.

Cette défense du premier ministre a d’ailleurs incité le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel à dresser un parallèle avec l’ex-maire de Montréal : «Monsieur le premier ministre, êtes-vous atteint du syndrome Gérald Tremblay?», a-t-il lancé en chambre.

Fait étonnant, le président a demandé au député caquiste de retirer ses propos, alors que le terme n’est pas à l’index.

Malgré le départ de la sous-ministre, la CAQ demande maintenant la démission du chef de cabinet de Philippe Couillard, en plus de celle du ministre des Transports, Jacques Daoust.

Pour sa part, Québec solidaire ne va pas aussi loin. Toutefois, Françoise David souhaite entendre Robert Poëti et Jacques Daoust en commission parlementaire afin de déterminer si les irrégularités soulevées dans les médias ont été corrigées.

INOLTRE SU HUFFPOST