DIVERTISSEMENT
19/05/2016 10:35 EDT | Actualisé 19/05/2016 10:37 EDT

FTA 2016: 10 spectacles à ne pas manquer (PHOTOS)

Alexi Hobbs

Du 26 mai au 8 juin, Montréal sera le terrain de jeu de certains des créateurs québécois et étrangers les plus audacieux du moment dans le cadre du Festival TransAmériques. Théâtre, danse, exposition, performance, arts technologiques, cinéma: tout sera mis en place pour faire vivre aux spectateurs des moments uniques. Voici quelques-uns des spectacles à ne pas manquer!

Galerie photo FTA 2016: 10 spectacles à ne pas manquer Voyez les images

Go Down, Moses – 2 au 4 juin (Théâtre Denise-Pelletier)

Créateur célébré de par le monde, Romeo Castellucci revient au FTA pour la cinquième fois, afin de présenter un condensé artistico-historique de l’évolution humaine, d’aujourd’hui jusqu’à la préhistoire. À la fois onirique et réaliste, lumineuse et bouleversante, l’œuvre de l’Italien est de celles qui ne laissent personne indifférent.

Siri – 1er au 3 juin (Théâtre Prospero)

Maxime Charbonneau et son équipe transforment l’assistante vocale intégrée aux iPhone en actrice de théâtre. Dans une intense séance de questions-réponses, la comédienne Laurence Dauphinais tentera de percer le mystère de Siri: que sait-elle de sa propriétaire, a-t-elle un fond d’humanité en croissance, peut elle prendre «vie » sur scène?

Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni – 27 au 29 mai (Espace GO)

Le suicide est-il un geste politique? Soucieux de soulager leur entourage de l’effondrement économique et social de la Grèce, quatre retraitées s’apprêtent à s’enlever la vie. Les créateurs italiens Antonio Tagliarini et Daria Deflorian exposent le désespoir d’un pays et les actions qui peuvent en découler.

J’aime Hydro – 6 au 8 juin (Théâtre d’Aujourd’hui)

Initiée au théâtre documentaire par la pièce Seeds/Grains, où elle jouait l’alter ego de l’auteure Annabel Soutar, Christine Beaulieu (Le Mirage) poursuit sa quête de vérité dans une enquête sur la relation entre Hydro-Québec et les Québécois. Grâce aux entrevues réalisées avec des groupes de citoyens et des dirigeants de la société d’État, des visites de barrages et sa présence à plusieurs audiences publiques, elle tente d’établir un dialogue et de réfléchir sur l’avenir de l’énergie hydro-électrique.

Let’s not beat each other to death – 30 mai au 1er juin (Espace GO)

Secoué par l’assassinat d’un militant pour les droits des homosexuels à Halifax en 2012, l’acteur et musicien néo-écossais Stewart Legere invite à la compassion en trois temps: un chant de souffrances et de réconfort, un plaidoyer anti violence et une fête salvatrice pour tenir le drame à distance.

Made-to-Measure – 29 et 30 mai (Monument national)

Après le succès obtenu avec M(i)mosa et Antigone Sr au cours des dernières années, il allait de soi pour le FTA d’inviter Trajal Harrel à conclure sa trilogie créative. Le chorégraphe new-yorkais organise cette fois une rencontre entre les danseurs du Greenwich village et les voguers d’Harlem, célébrer à la fois la culture afro-américaine, la culture queer et l’avant-garde.

Milles batailles – 31 mai au 2 juin (Monument National)

Offrant au public du FTA la première nord-américaine de sa nouvelle création, Louise Lecavalier se lance dans un duel imaginaire avec le danseur Robert Abudo.

Logique du pire – 3 au 5 juin (Cinquième Salle de la PDA)

Comment ne pas être curieux de découvrir la mise en commun des talents du chorégraphe Frédéric Gravel (Gravel works, Usually, Beauty Fails) et du dramaturge Étienne Lepage (Rouge Gueule, Robin et Marion, L’enclos de l’éléphant)? Les deux trentenaires s’intéressent aux égos en déclin, conscients de leur propre déraillement, avec un mélange d’acidité, d’humour et de sincérité coup-de-poing.

La chasse-galerie – 28 au 30 mai à la Place des festivals

Pendant trois jours, 2Fik transformera la place des Festivals en studio photo. S’installant le premier jour, photographiant le deuxième et retouchant avec irrévérence le troisième, il remplacera les bûcherons de la légende par des immigrants de tous horizons, se questionnant à savoir si les nouveaux arrivants doivent vendre leur âme au diable pour s’établir au Québec.

Une île flottante – 26 au 28 mai (Duceppe)

Fasciné par le pathétisme de l’humanité, le Suisse Christoph Marthaler s’installera à Montréal pendant trois jours pour offrir aux amateurs d’œuvres iconoclastes un vaudeville radical et décalé sur la faillite du mode de vie occidental.

Festival TransAmériques, du 26 mai au 8 juin 2016. Cliquez ici pour plus de détails sur la programmation.