NOUVELLES
19/05/2016 02:53 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Euro-2016: l'Espagne, rajeunie, espère prolonger l'âge d'or

Apparue vieillissante au Mondial-2014, l'équipe d'Espagne a subi une cure de jouvence avant l'Euro-2016 en France et visera cet été une quatrième couronne européenne, la troisième de rang, un exploit doublement inédit qui prolongerait son âge d'or au XXIe siècle.

Quoi qu'il arrive entre le 10 juin et le 10 juillet, le football espagnol a déjà marqué son époque.

Sur la scène internationale, le jeu de passes hégémonique de la "Roja" a débouché sur un triplé Euro-Mondial-Euro entre 2008 et 2012, du jamais vu. Quant aux clubs espagnols, ils raflent tout sur le plan continental: pour la troisième saison consécutive deux équipes de Liga auront remporté la Ligue des champions et l'Europa League.

Mais les années passent et ce nouveau "Siècle d'Or" espagnol menace de s'interrompre. Au Mondial-2014 au Brésil, une "Roja" vieillissante avait été sortie sans gloire au premier tour.

"Fin de cycle", ont annoncé les oracles. Pas si vite, a répondu le sélectionneur Vicente del Bosque, en poste depuis huit ans et qui disputera peut-être cet été son ultime compétition, même s'il laisse le doute planer.

"Avoir gagné deux Euros (d'affilée) nous place dans une position de force mais nous devons le démontrer sur le terrain", a-t-il dit. Et l'expérimenté technicien (65 ans) s'est attelé à rajeunir son groupe.

- 'Sang neuf' -

Certes, les cadres d'hier sont toujours là: le gardien et capitaine Iker Casillas (35 ans vendredi), les défenseurs Gerard Piqué (29 ans) et Sergio Ramos (30 ans), les milieux très techniques comme Andres Iniesta (32 ans), Sergio Busquets (27 ans) ou Cesc Fabregas (29 ans)...

Mais seuls 13 des 23 joueurs présents au Brésil en 2014 ont été reconduits mardi dans une pré-liste de 25 noms, avant la liste définitive le 31 mai. Exit donc les milieux Xavi Hernandez et Xabi Alonso, partis d'eux-mêmes, ou et les attaquants Fernando Torres, David Villa et Diego Costa, non rappelés.

La tâche a été facilitée par l'avènement d'une nouvelle génération, régulièrement titrée dans les catégories de jeunes: les milieux Koke (24 ans), Saul (21 ans), Thiago Alcantara (25 ans) et Isco (24 ans), les attaquants Alvaro Morata (23 ans) et Lucas Vazquez (24 ans)...

"Nous avons confiance dans nos nouveaux joueurs et ce sang neuf qu'ils peuvent apporter", a dit Del Bosque.

Intraitable en qualifications (27 points sur 30 possibles), l'Espagne a retrouvé par séquences sa virtuosité passée. Lorsque ses virevoltants petits gabarits sont au complet, les passes courtes et redoublées du "toque" espagnol déboussolent l'adversaire, même si les blocs très compacts peuvent poser problème à la "Roja".

"L'Espagne a une équipe bien faite et bien formée, qui sera parmi les favoris de cet Euro", a prévenu Casillas.

- Des doutes persistants -

Mais les Espagnols s'avancent aussi avec des doutes persistants. Pour commencer, Del Bosque n'a pas encore tranché entre l'expérimenté gardien et capitaine Casillas ou le jeune et talentueux David de Gea.

En défense centrale, si Piqué ou Ramos se blessaient, les solutions seraient peu nombreuses. Et en attaque, le jeune Morata (8 sélections) et l'improbable vétéran Aritz Aduriz (35 ans, 3 sélections) occuperont sans grand vécu le poste d'avant-centre, historiquement sinistré.

Par ailleurs, la préparation espagnole va être perturbée par la finale Atletico-Real en C1 le 28 mai, qui mobilisera sept joueurs. Privés du stage collectif en Autriche (26 mai-1er juin), ils ne rejoindront le groupe que le 4 juin, à seulement quatre jours du départ pour la France.

Enfin, la grande inconnue réside dans le groupe D de l'Euro, très homogène et forcément piégeux. La "Roja" entrera en lice le 13 juin face à la République Tchèque, puis affrontera la Turquie et la Croatie, cette dernière étant l'adversaire le plus coriace selon Del Bosque.

Reste à écrire l'histoire. Si l'Espagne gagnait son quatrième Euro après 1964, 2008 et 2012, elle s'installerait seule au sommet du palmarès devant l'Allemagne (trois trophées). Et sa trace n'en serait que plus durable.

jed/rg