NOUVELLES
19/05/2016 04:15 EDT | Actualisé 20/05/2017 01:12 EDT

Débrayage éclair des derniers fonctionnaires du Québec sans contrat de travail

Divers services gouvernementaux seront légèrement perturbés jeudi à l'occasion d'une grève de 90 minutes d'environ 17 000 syndiqués de la fonction publique.

Ce sont des membres du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) qui débraient entre 8 h 30 et 10 h.

Il s'agit du seul syndicat d'employés de l'État à ne pas avoir encore conclu une nouvelle entente avec le Conseil du Trésor. Leur contrat de travail est échu depuis le 31 mars 2015.

À Québec, des syndiqués vêtus de rouge se sont rassemblés en matinée devant le complexe G, qui abrite divers bureaux gouvernementaux. Ils ont sorti drapeaux, pancartes et trompettes pour se faire voir et entendre.

Ils disent être insatisfaits de l'offre salariale soumise par le gouvernement et déplorent que les négociations piétinent.

Selon la première vice-présidente du SPGQ, Francine L'Espérance, environ quatre rencontres de négociation ont eu lieu depuis janvier, sans résultat probant.

« On envoie un message clair au gouvernement qu'on est prêt à négocier, et il faudrait que les gens du gouvernement à la table aient des mandats pour que ça puisse faire avancer la table »

Le syndicat rappelle que la commission Charbonneau a recommandé de valoriser l'expertise gouvernementale, et soutient qu'il est donc essentiel d'« offrir des salaires compétitifs ».

Les syndiqués soutiennent qu'ils mèneront des actions de plus grande envergure si les négociations ne débloquent pas.

Les membres du SPGQ exercent une multitude de professions. On y retrouve entre autres des arpenteurs, des architectes, des chimistes, des économistes, des avocats, des fiscalistes, des ingénieurs forestiers, des psychologues et des traducteurs.