POLITIQUE
18/05/2016 06:49 EDT | Actualisé 19/05/2016 03:48 EDT

Chahut à la Chambre des communes : échange musclé entre Justin Trudeau et Thomas Mulcair (VIDÉO)

OTTAWA – La Chambre des communes a été le théâtre d’un échange musclé entre le premier ministre Justin Trudeau et le chef du NPD, Thomas Mulcair.

Justin Trudeau se serait interposé dans le caucus du NPD pour « aider » un membre de l’opposition, Gordon Brown, à passer dans la foule. Ce faisant, il a accroché la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, qui s’est tordue de douleur.

D’autres parlementaires ont ensuite dû séparer Justin Trudeau et Thomas Mulcair qui criait après le premier ministre. « Quel homme frappe une femme? C’est pathétique, c’est pathétique! » a répété le chef du NPD.

Justin Trudeau s’est excusé après les évènements et dit qu’il n’a jamais voulu faire du mal à Ruth Ellen Brosseau.

Les partis d’opposition ont immédiatement décrié le geste. Le leader parlementaire du NPD, Peter Julian, dit qu’il est « inacceptable » que le premier ministre agisse de façon « violente ».

Sa collègue Tracey Ramsey a dit quant à elle sur les réseaux sociaux que Justin Trudeau a crié : « Get the f*ck out of the way » (« Tassez-vous de là » de façon vulgaire) en tentant de tirer le bras de Gordon Brown.

Ce dernier dit qu’il n’a jamais sollicité l’aide du premier ministre et lui aurait dit de lui lâcher le bras.

Vives réactions

Les réactions ne se sont pas fait attendre après l’incident. La chef conservatrice Rona Ambrose a vivement condamné ce geste, mercredi soir. Elle dit que le comportement du premier ministre était inacceptable.

« Je suis députée depuis près de douze ans et je n’ai jamais vu un collègue – encore moins un Premier ministre – agir de façon aussi irrespectueuse et insouciante à l’égard de ses collègues, ou à l’égard du Parlement, comme l’a fait Justin Trudeau ce soir. »

Le député conservateur Jason Kenney a comparé Justin Trudeau à un garde de sécurité dans un bar. Son collègue Gérard Deltell a quant à lui moqué ses activités de boxe.

Si elle consent que l’attitude de Trudeau était inacceptable, la chef du Parti vert Elizabeth May dit qu’il y avait de la mauvaise foi de la part du NPD pour ralentir le vote sur l’aide médicale à mourir.

Le gouvernement a déclaré qu’il voulait en finir avec ce dossier jeudi pour ensuite le déposer au Sénat. Mais avec l’incident de mercredi soir, cette option semble peu plausible.

« J’ai vu des choses disgracieuses au cours des 30 dernières années. Mais de la part d’un premier ministre lui-même, non », a commenté Louis Plamondon, député du Bloc québécois et doyen de la Chambre.

Certains députés libéraux ont minimisé le geste de leur chef. C’est le cas du député de Hull-Aylmer, Greg Fergus, qui a comparé le coup donné à un plongeon au soccer. Un commentaire qui n'a pas plu à tous sur les réseaux sociaux.

La ministre de l’Approvisionnement, Judy Foote, a dit que le premier ministre s’est excusé et qu’il fallait passer à un autre appel. D'autres de ses collègues, comme la ministre de la Condition féminine ou la ministre des Réformes démocratiques, ont évité les journalistes.

Justin Trudeau est passé en coup de vent devant la presse également. « On aura une autre chance d’en parler, j’en suis certain », a-t-il déclaré avant de partir.

Ruth Ellen Brosseau, pour sa part, serait encore secouée après l’incident et n'a pas fait de commentaires aux médias, mercredi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quel est le salaire des députés à Ottawa? (2016) Voyez les images