NOUVELLES
17/05/2016 08:55 EDT | Actualisé 17/05/2016 08:55 EDT

Une nouvelle découverte sur l'origine de la vie complexe sur Terre fait débat

Günay Mutlu via Getty Images
Sunrise over Europe and Africa from space with city lights visible.The globe is a composite of 3 images. Earth map images courtesy of NASA.

Des chercheurs annoncent avoir découvert des fossiles d'organismes pluricellulaires, des eucaryotes, datant de 1,56 milliard d'années, une affirmation qui repousse largement l'origine de la vie complexe sur Terre, mais qui est également très sujette à controverse.

«Nous affirmons que notre découverte repousse de près d'un milliard années l'apparition des eucaryotes multicellulaires macroscopiques», a dit à l'AFP Maoyan Zhu, de l'Académie des Sciences de Pékin, coauteur de l'étude parue mardi dans Nature Communications.

Une annonce dont le bien-fondé est contesté par Jonathan Antcliffe de l'University d'Oxford aux Royaume-Uni : «Nous ne devons pas confondre des eucaryotes multicellulaires et des colonies d'organismes unicellulaires».

Les premières formes de vie apparues sur Terre voici environ 3,5 milliards d'années étaient unicellulaires, des êtres vivants constitués d'une seule cellule sans noyau, comme les bactéries.

Les formes de vie complexes, comme les plantes et les mammifères, ont des cellules dites «eucaryotes», avec des chromosomes abrités dans un noyau.

Les études précédentes font généralement remonter l'existence des eucaryotes à 635 millions d'années.

Ces nouveaux fossiles, découverts par Maoyan Zhu et son équipe, sont des empreintes carbonées (167 en tout) et ont été mis au jour à Gaoyuzhuang, en Chine du Nord.

Selon l'étude, la majorité des fossiles retrouvés sont de forme linéaire et mesurent jusqu'à 30 centimètres de long pour huit de large.

«Ce sont certainement les plus anciens eucaryotes multicellulaires», explique à l'AFP Philip Donoghue, de l'Université de Bristol au Royaume-Uni.

Autre son de cloche : «Je ne suis pas du tout convaincu que ce soient des eucaryotes qui donnent ces empreintes carbonées parce qu'elles sont homogènes, simples en termes de morphologie, il n'y a pas de diversité», explique à l'AFP Abderrazak El Albani, de l'Université de Poitiers.

Organismes multicellulaires ou colonie de systèmes unicellulaires ?

Le débat avait déjà fait rage en 2010, quand Abderrazak El Albani et son équipe avaient annoncé dans la revue Nature avoir découvert des fossiles sur le site de Franceville au Gabon prouvant que l'existence des eucaryotes remontait à 2,1 milliards d'années.

Mais cette fois le chercheur se dit «un tout petit peu réservé». «Pas parce que je n'y crois pas, mais parce qu'il n'y pas suffisamment d'arguments pour avancer l’hypothèse d'une multicellularite complexe eucaryotique comme ils peuvent le faire», explique le chercheur.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Les super-oreilles des mouche
    Les super-oreilles des mouche
    GettyStock
    Et s'il valait mieux dire "la mouche à l'oreille" que la puce? Une équipe de chercheurs de l'université du Texas a développé un implant cochléaire basé sur les oreilles ultra-sensibles de la mouche.
    Surtout, l'implant ne fait que 2mm et utilise un matériau transformant la pression en signal électrique, ce qui permet de faire fonctionner l'objet avec très peu d'énergie (et donc des batteries bien plus petites).
  • Des feuilles de lotus comme tissu
    Des feuilles de lotus comme tissu
    GettyStock
    Une équipe de chercheurs slovaques a travaillé sur un tissu inspiré des fleurs de lotus. Celles-ci possèdent une propriété intéressantes: elles sont hydrophobes, l'eau ne peut pas y pénétrer.
    Les chercheurs du Vutch-Chemitex ont donc copié cette propriété pour créer un tissu imperméable à l'eau. Mieux: l'eau qui ruisselle nettoie le tissu (c'est le même mécanisme pour le lotus).
  • Les dents de la patelle, plus dur matériau au monde
    Les dents de la patelle, plus dur matériau au monde
    Getty Stock
    Il y a encore quelques mois, on pensait que la toile d'araignée était le matériau le plus résistant au monde. Mais des chercheurs de l'université de Portsmouth ont découvert que les dents de la patella (les fameuses arapèdes et autres bernicles) sont encore plus résistantes.
    Les dents en question recouvrent la radula, une sorte de langue présente sur de nombreux mollusques. Elles permettent de "mâcher" les aliments grâce à "des mouvements d'aller et de retour".
    Les scientifiques à l'origine de cette découverte estiment qu'un tel matériau pourrait être copié, par exemple pour des voitures de courses, des coques de bateaux ou des pièces d'avions.
  • Les piquants du porc-épic comme aiguilles du futur
    Les piquants du porc-épic comme aiguilles du futur
    Getty Stock
    Une découverte qui ne manque pas de piquant. En 2012, une équipe de l'école médicale d'Harvard et du MIT a fait une découverte étonnante.
    Les piquants du porc-épic (nord-américain) possèdent des petites pointes microscopiques. Leur intérêt? Elles permettent aux pics de l'animal de s'enfoncer deux fois plus facilement dans du cuir... et d'être quatre fois plus difficile à enlever!
    En s'inspirant de cette défense naturelle, les chercheurs ont créé un pic synthétique qui pourrait être utilisé en chirurgie, notamment en tant qu'agrafe.
  • La feuille artificielle
    La feuille artificielle
    GettyStock
    Et si la prochaine révolution dans le domaine de l'énergie nous venait des plantes, et plus particulièrement de la photosynthèse?
    En s'inspirant de cette capacité naturelle, le chercheur Daniel Nocera, du MIT, a imaginé une feuille artificielle.
    A la différence que celle-ci ne consomme pas de dioxyde de carbone mais de l'eau. Plongée dans un liquide et éclairée par le soleil, cette feuille produit de l'oxygène et de l'hydrogène, l'élément chimique le plus simple du monde et permettant par ailleurs de fournir de l'énergie en grande quantité.
  • Une enzyme dans une pile à hydrogène
    Une enzyme dans une pile à hydrogène
    GettyStock
    Et sur la transformation de l'hydrogène en énergie, la bio-inspiration est encore présente. C'est sur cela que travaillent Vincent Artero et son équipe au CEA-Grenoble.
    Dans une pile à combustible classique, utilisée pour convertir l'hydrogène en électricité, le platine sert de catalyseur à la réaction. Mais en observant certaines bactéries, les chercheurs ont créé une enzyme synthétique capable de remplacer le métal si rare (et si cher).
  • Des drones insectes
    Des drones insectes
    GettyStock
    Si l'homme a réussi à voler depuis plus de deux siècles, il n'avait jusqu'à peu jamais réussi à imiter les battements d’ailes des oiseaux.
    Depuis quelques années, des scientifiques se sont intéressés à la question pour fabriquer des microdrones... à partir d'insectes.
    Une équipe française pousse même l'inspiration encore plus loin. Plutôt que de battre des ailes grâce à des mécanismes, le projet Remanta voudrait faire voler un drone en copiant la déformation du thorax de la libellule.
  • La massue de la crevette-mante
    La massue de la crevette-mante
    GettyStock
    Connaissez-vous le "stomatopoda", plus communément appelé la "crevette-mante"? Ce crustacé possède une paire de pattes ravisseuses, comme la mante religieuse. Elles peuvent être de deux types: telle une lance, pointue et capable d'embrocher leur proie, ou de la forme d'une massue, capable de briser les coquilles.
    James C. Weaver et son équipe se sont intéressés à ces fameuses massues et se sont rendus compte qu'elles avaient des propriétés étonnantes.
    La surface de frappe est constituée d'un minéral extrêmement résistant, l'hydroxyapatite (ce qui forme l'émail dentaire). Derrière cette coque résistante, il y a des couches de chitines (un matériau commun qui compose l'exosquelette de nombreux insectes) disposés d'une manière bien particulière. Le but : atténuer l'impact du coup de massue et éviter que la patte ne se fracture.
    Aucune application n'a encore été trouvée, mais il est à noter que l'US Air Force a financé en partie l'étude.