NOUVELLES
17/05/2016 08:09 EDT | Actualisé 18/05/2017 01:12 EDT

Tour d'Italie - 10e étape: le Giro rajeunit avec Ciccone et Jungels

La jeunesse s'est emparée du podium du Giro, mardi, à Sestola, où l'Italien Giulio Ciccone (21 ans) a gagné la 10e étape et le Luxembourgeois Bob Jungels (23 ans) a pris le maillot rose au terme d'une journée marquée par l'abandon de l'Espagnol Mikel Landa.

Plus d'un demi-siècle après l'inoubliable Charly Gaul, double vainqueur du Giro en 1956 et 1959, Jungels est devenu le deuxième Luxembourgeois à vêtir le maillot rose. Avec l'aide précieuse de son coéquipier italien Gianluca Brambilla, qui le précédait seulement d'une seconde au départ de Campi Bisenzio.

Brambilla, à la peine dans l'avant-dernière ascension, un col classé en première catégorie, s'est dévoué ensuite derrière le Costaricien Andrey Amador, parti à l'avant dans le final. L'Italien, travail accompli, s'est relevé à 3 kilomètres de la ligne pour lâcher plus d'une minute à son coéquipier d'Etixx.

"Il n'est pas courant que le leader d'une course se mette au service du deuxième mais cela montre aussi l'état d'esprit dans notre groupe", a déclaré Jungels, un ancien champion du monde juniors du contre-la-montre au registre large et à la grande marge de progression.

A Sestola, la station de ski des débuts de la légende italienne Alberto Tomba, Jungels a fait jeu égal avec l'Italien Vincenzo Nibali et quelques autres candidats aux honneurs (Zakarin, Kruijswijk, Majka). Ils ont été précédés de 4 secondes par l'Espagnol Alejandro Valverde et le Colombien Esteban Chaves, les plus rapides dans le faux-plat final.

- Les échecs répétés de Sky -

Valverde, dont l'équipe a envoyé à l'avant le Costaricien Andrey Amador dans les 15 derniers kilomètres, est remonté à la troisième place du classement général, à 50 secondes de Jungels. Mais, entre les favoris, la surprise du jour est venue de Landa, lâché dès le premier col de cette dure étape de moyenne montagne (219 km et plus de 4000 m de dénivelé).

Malade depuis la nuit précédente, "apparemment une gastro-entérite virale" selon le médecin de sa formation, le Basque a arrêté les frais après 65 kilomètres. Loin de sa performance de l'année passée (3e du classement final) mais dans la lignée des échecs des leaders de l'équipe Sky au Giro, le Britannique Bradley Wiggins en 2013 et l'Australien Richie Porte en 2015.

Le public italien a tourné la page d'autant plus vite qu'il s'est découvert un nouveau grimpeur. A 21 ans, Ciccone est devenu l'un des plus jeunes vainqueurs d'étape de l'histoire récente du Giro.

Ce coureur venu des Abruzzes (sud de l'Italie) et formé à l'école bergamasque (nord) découvre seulement le peloton professionnel au sein de l'équipe Bardiani. Mais il présente des références en montagne après avoir conquis deux maillots de meilleur grimpeur du Tour du Val d'Aoste, l'une des épreuves probantes de la catégorie espoirs.

Mercredi, la 11e étape longue de 227 kilomètres à partir de Modène traverse la plaine d'Emilie-Romagne pour rejoindre Asolo (Vénétie), avec un petit mur (2900 m à 7,8 %) situé au seuil des 20 derniers kilomètres.

jm/adc