NOUVELLES
17/05/2016 14:21 EDT | Actualisé 17/05/2016 14:24 EDT

Les technologies numériques sont bien implantées dans les foyers québécois en 2016, selon une étude

PhotoAlto/Frederic Cirou via Getty Images
Couple using digital tablet together, cropped

Téléphone intelligent, tablette, portable… Il est parfois difficile de s’y retrouver dans la jungle du numérique. Encore plus lorsque ces nouvelles habitudes ne font pas partie de notre quotidien. Pour certains parents, il faut pourtant se mettre au parfum pour le bien-être des progénitures. Après une vaste enquête réalisée auprès de parents, le CEFRIO a conclu que ceux-ci évaluaient positivement leurs compétences numériques… et encore plus lorsqu’ils sont diplômés.

Selon le Portrait des compétences numériques parentales, les parents qui possèdent un diplôme universitaire sont plus nombreux à posséder un appareil à la maison. Ils évalueraient aussi leurs compétences plus favorablement que leurs confrères qui n'ont pas de diplôme universitaire. «Ces constats mettent en lumière une inégalité des ressources pour les enfants lorsqu'il est question d'usage du numérique», conclut l’étude du CEFRIO, aussi connu comme le Centre favorisant la recherche et l’innovation dans les organisations. Toujours selon l'enquête, les enfants qui fréquentent l’école privée sont plus nombreux à posséder un appareil électronique, comme une tablette ou un ordinateur par exemple, dans leur foyer.

Pour avoir une idée claire sur la question, le ministère de l’Éduction et de l’Enseignement supérieur a chargé le CEFRIO de mener une vaste enquête sur la perception des parents quant à leurs compétences numériques. «Ce projet-là cherchait à creuser plus profondément les compétences parentales numériques dans l’accompagnement des enfants à la réalisation de leurs devoirs», explique le directeur des communications du CEFRIO, Guillaume Ducharme.

À la suite d’une enquête téléphonique, où les chercheurs ont sondé un millier de parents de jeunes de quatre à 17 ans, les résultats de l’étude sont éclairants.

«Pour quatre des cinq compétences, [les parents] se jugent positivement compétents. C’est quand même un bon résultat, ça démontre que l’usage des technologies numériques au Québec en 2016 est bien implanté.»

-Guilaume Ducharme, directeur des communications du CEFRIO

Les parents se sentent à l’aise pour faire fonctionner des appareils numériques, pour naviguer sur Internet, pour rechercher de l’information, mais un peu moins lorsqu’il est question de créer du contenu en ligne. «C’est la compétence pour laquelle les parents se jugent un peu moins positivement», explique le directeur des communications.

Huit parents sur dix se sentent aussi en confiance pour épauler leurs enfants face à la cyberintimidation.

Au-dessus de tout cela, l’enjeu premier demeure tout de même l’accès aux ressources électroniques. «Considérant qu’une famille avec enfant sur dix au Québec ne possède pas d’ordinateur à la maison, cela laisse supposer que les parents ne sont pas tous égaux en matière de compétences numériques pour soutenir leurs enfants dans leurs devoirs et travaux scolaires », analyse la directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO, Claire Bourget.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Comment la technologie a changé nos vies Voyez les images