NOUVELLES
17/05/2016 04:15 EDT | Actualisé 18/05/2017 01:12 EDT

La France veut permettre le divorce par consentement mutuel

PARIS — Le gouvernement français veut faciliter le divorce en permettant aux anciens époux de se séparer par consentement mutuel, sans se présenter devant un juge.

Les détails seront discutés mardi quand l'Assemblée nationale se penchera sur un projet de loi qui vise à moderniser le système judiciaire du pays.

Les associations familiales craignent toutefois que les intérêts des enfants ne soient pas protégés adéquatement.

Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a expliqué que le processus se déroulerait dans le bureau d'un notaire et coûterait 50 euros. Chaque époux serait représenté par un avocat. Le divorce devrait toujours être entériné par un juge si un enfant demande à être entendu.

M. Urvoas a déclaré mardi à France Inter Radio qu'il souhaite voir les juges se concentrer sur les dossiers de divorce les plus compliqués et les plus épineux.

La France recense quelque 66 000 divorces par consentement mutuel chaque année, soit 54 pour cent du total en 2015, selon le ministre.

L'ombudsman du pays, Jacques Toubon, a émis des réserves sérieuses face à l'intention du gouvernement et a appelé les parlementaires à faire preuve d'une vigilance particulière pour ne pas affaiblir les droits fondamentaux des enfants.

Il recommande que les divorces sans juge soient réservés aux couples qui n'ont pas d'enfants ou dont les enfants ont atteint l'âge adulte.