NOUVELLES
17/05/2016 03:10 EDT | Actualisé 18/05/2017 01:12 EDT

Euro-2016/Slovaquie - Marek Hamsik, la crête haute

Avec sa crête iroquoise, ses tatouages et la finesse de son jeu de milieu offensif complet, Marek Hamsik est depuis près de 10 ans l'idole de Naples mais aussi de la Slovaquie, qu'il a guidée jusqu'à une première qualification à l'Euro.

"Si nous remportons le scudetto, je rase ma crête", avait-il promis en début d'année, alors que Naples était encore en tête du championnat d'Italie.

Puis la Juventus Turin est passée par là et Naples a fini deuxième, un excellent résultat qui l'envoie directement en Ligue des Champions. Et qui permet à Hamsik d'aborder cet Euro la tête et la crête hautes.

Ce sera le premier pour la Slovaquie qui, avec une poignée de joueurs de niveau mondial, Hamsik et le défenseur central Martin Skrtel en tête, avait déjà décroché en 2010 une première qualification pour une Coupe du Monde.

Face à la Russie, l'Angleterre et le pays de Galles, les Slovaques ont quelques cartes à jouer dans le groupe B et la plus forte s'appelle Hamsik, auteur de cinq buts lors des éliminatoires.

Surtout, le Slovaque arrive à l'Euro fort d'un des meilleurs exercices de sa carrière en club, avec huit buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues. Alors qu'il jouait très avancé avec Rafael Benitez, Maurizio Sarri l'a placé un peu en retrait et Hamsik s'y est parfaitement trouvé.

- l'égal de Maradona -

"C'est un milieu de terrain total. En ce moment, il me fait penser au meilleur Steven Gerrard", a jugé son entraîneur en avril. Pour Sarri, Hamsik est tout simplement irremplaçable, comme le prouvent les 38 matches disputés par le Slovaque cette saison en Serie A, tous comme titulaire.

Lors de la dernière journée du championnat, Hamsik est même entré un peu plus dans l'histoire du Napoli: En ouvrant le score face à Frosinone, il a ouvert la voie à la qualification en C1, mais il a aussi rejoint au classement des buts marqués l'idole absolue du stade San Paolo, un certain Diego Maradona.

Comme l'Argentin, Hamsik a en effet inscrit 81 buts en Serie A sous le maillot de Naples, où il est arrivé en 2007. Seul Antonio Vojak, buteur des années 30, a fait mieux avec 102.

A 28 ans, "Marekiaro" (en référence à Marechiaro, l'un des plus jolis quartiers de Naples) a fêté cette saison ses 400 matches (pour 98 buts) toutes compétitions confondues avec le Napoli.

Et il ne s'est jamais lassé de cette ville épuisante et folle, où il s'est installé à même pas 20 ans. "Me promener en ville ? C'est presque impossible. Mais je me suis habitué et je me sens Napolitain", a-t-il de nouveau expliqué récemment après un match, ses lunettes de hipster sur le nez.

Le Milan et la Juventus, qui rêvaient de l'attirer s'y sont cassés les dents. En Serie A, Hamsik n'a connu qu'un seul autre maillot: celui de Brescia avec lequel il a disputé un seul match, son premier dans l'élite en 2004. Le Slovaque est un joueur de Naples et il devrait le rester.

stt/jcp