NOUVELLES
17/05/2016 05:16 EDT | Actualisé 18/05/2017 01:12 EDT

Commémorations 14/18: le concert d'un rappeur reste annulé malgré des garanties de l'Etat

Le maire socialiste de Verdun, dans l'Est de la France, a refusé mardi de revenir sur l'annulation du concert du rappeur Black M aux commémorations de la Grande guerre, malgré la promesse du président François Hollande de sécuriser le cas échéant la manifestation.

Le rappeur controversé Black M devait se produire le 29 mai à Verdun (est), après la cérémonie de commémoration de la célèbre bataille éponyme. Cette programmation avait suscité l'indignation de nombreux élus, essentiellement d'extrême droite et de droite. Après plusieurs jours de polémique, le maire Samuel Hazard a annulé le concert, invoquant des "risques forts de troubles à l'ordre public".

L'Etat français est prêt à mettre "les moyens pour sécuriser" ce concert, a déclaré mardi matin François Hollande.

"Si le maire voulait, c'est à lui d'en décider, l'Etat mettrait les moyens pour sécuriser le concert", a assuré M. Hollande sur une radio française. Et "les subventions qui avaient été promises pour ce spectacle ou pour d'autres seraient de toute façon maintenues", a-t-il ajouté.

Le maire "a subi des pressions (...) inouïes de violences, de haine parce que c'était Black M qui avait été choisi", a déploré M. Hollande.

Malgré ce soutien affiché du chef de l'Etat, le maire de Verdun a confirmé mardi qu'il ne reviendrait pas sur l'annulation du concert. Cité par le quotidien régional l'Est Républicain sur son site internet, le maire a déclaré: "On ne revient pas sur l'annulation du concert de Black M".

L'annulation du concert du rappeur, auquel il est reproché en particulier une chanson datant de 2010 dans laquelle il désigne la France comme un "pays de kouffar" (un terme désignant les mécréants en arabe), continue de provoquer de nombreuses réactions.

L'ancien président Nicolas Sarkozy a jugé mardi qu'"à l'évidence, ce n'était pas une bonne idée" de l'inviter aux commémorations de Verdun.

"Il y a beaucoup de Français qui ne votent pas FN et qui ont été profondément choqués qu'on invite, à une commémoration nationale, un chanteur qui a insulté la France dans ses textes, et tenu des propos homophobes et antisémites, même s'il s'en est excusé", a estimé M. Sarkozy.

zap/mat/hba/mw/pjl/ger