NOUVELLES
17/05/2016 07:25 EDT | Actualisé 18/05/2017 01:12 EDT

Canada: l'intensité des feux de Fort McMurray force de nouvelles évacuations

Les feux de forêt de l'Alberta (ouest du Canada) ont continué mardi leur avancée infernale, forçant les autorités à procéder à de nouvelles évacuations dans la région de Fort McMurray où sont installées les compagnies pétrolières.

Au total, environ 8.000 personnes ont reçu l'ordre de quitter les installations pétrolières et leurs bases de vie, immenses villages de logements préfabriqués, face à la progression des flammes.

Deux semaines après l'évacuation en quelques heures de Fort McMurray --quand le feu avait ravagé deux quartiers à l'ouest de cette ville pétrolière--, un nouvel avis est tombé lundi un peu avant 22H00 locale (mardi 04H00 GMT) pour une zone s'étendant sur 50 km au nord, soit au coeur des sables pétrolifères.

"L'ordre d'évacuation obligatoire a été étendu de Fort McMurray jusqu'au sud de Fort MacKay", a indiqué la municipalité régionale de Wood Buffalo en égrenant la vingtaine de bases de vie et de communautés touchées autour des deux grandes installations des compagnies pétrolières Suncor et Syncrude.

Au total, près de 100.000 personnes ont quitté Fort McMurray et les bourgades aux alentours, et la grande majorité des employés des compagnies pétrolières n'avaient pas réintégré les bases de vie avant la tombée lundi du nouvel ordre d'évacuation.

Suncor, premier pétrolier canadien, a procédé à l'arrêt de son exploitation qui avait à peine été relancée. Les villages de préfabriqués et toutes les sociétés de services opérant sur ces bases de vie ont été transférés "vers d'autres installations d'hébergement plus au nord", a indiqué Suncor.

Les flammes viennent une nouvelle fois menacer les sites d'exploitation pétrolière tout en dégageant des fumées épaisses sur des kilomètres et les services d'urgence ont fermé l'autoroute 63 au nord de Fort McMurray.

Dans son dernier bulletin mardi, le service des incendies de l'Alberta a fait état de 19 feux actifs (15 lundi) dans toute la province, dont quatre totalement hors de contrôle, combattus par près de 2.000 pompiers.

- Epaisses fumées -

Le plus impressionnant par sa violence et la rapidité de son avancée reste celui de Fort McMurray où plus de la moitié des effectifs de pompiers se relaient pour, au mieux, le contenir à l'écart des bâtiments et des sites pétroliers. Plus à l'est, cet incendie parti le 1er mai aux abords de Fort McMurray, se rapproche maintenant à une dizaine de kilomètres de la frontière de la province voisine de la Saskatchewan.

Ce feu gigantesque de Fort McMurray, qui a dévasté près de 2.900 km2 de forêts, est alimenté par le temps chaud et sec et des vents de l'ordre de 40 km/h.

Lundi, la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, avait parlé de conditions très difficiles et dangereuses avec les feux mais surtout les épaisses fumées qui recouvraient toute la ville de Fort McMurray, retardant les travaux de réparation des réseaux et des infrastructures.

Ces conditions ont non seulement retardé l'entrée de nouveaux travailleurs dans la ville évacuée maintenant depuis deux semaines, mais obligé les personnels sur place de porter un masque à gaz sur des temps de travail raccourcis, avait indiqué Mme Notley.

Cela retarde d'autant la mise en place d'un calendrier de retour des évacués dont la cellule de crise du gouvernement a promis "pour les prochains jours". Mais, avant toute chose, il reste une condition incontournable, a dit Mme Notley, soit que "le feu ne présente plus un danger immédiat" pour les populations.

L'aggravation mardi de la situation autour de Fort McMurray a des conséquences significatives sur l'activité économique. Selon les prévisions du Conference Board, la production de pétrole a été réduite de 1,2 million de barils par jour en moyenne, privant le PIB de la province d'un milliard de dollars.

mbr/jl/faa