DIVERTISSEMENT
16/05/2016 07:06 EDT | Actualisé 16/05/2016 07:18 EDT

Martin Matte parle de la finale des «Beaux malaises»

C’est une grande finale de 90 minutes qui attendra les téléspectateurs des Beaux malaises à l’hiver 2017, à TVA. Martin Matte, Julie Le Breton et leurs camarades enregistreront cet été les ultimes scènes de l’irrévérencieuse fiction, qui devraient être condensées en un épisode de 60 minutes et un autre de 30 minutes.

«Ça va être une belle grosse finale, s’est enorgueilli Martin Matte, dimanche, dans la salle de presse du Gala les Olivier, après avoir remporté la statuette de la Comédie à la télévision. Je me suis payé la traite, il y aura beaucoup de folies. Je vais annoncer aux gens que c’est la fin des Beaux malaises, à Julie, à mes amis. La fiction sera mêlée à la réalité. C’est un épisode auquel j’ai très hâte.»

Martin Matte a insisté sur le fait qu’il a toujours été important pour lui de boucler définitivement la boucle des Beaux malaises, même s’il n’avait pas envie d’écrire une quatrième saison en entier.

«J’avais une finale en tête, je l’ai proposée à TVA, ils ont dit oui, et tout le monde est super heureux de se retrouver cet été pour tourner ces beaux épisodes-là.»

L’aventure des Beaux malaises officiellement conclue, Matte plongera dans le tournage du film TA3, dont il partagera la vedette avec Mélissa Désormeaux-Poulin, après quoi il s’attellera à l’écriture d’un nouveau spectacle, qu’on pourra peut-être espérer voir en 2017.

Enflure médiatique

Évidemment, Martin Matte a été invité à se prononcer, dimanche, sur la question de la liberté d’expression et à prendre position dans le débat entourant le numéro de Mike Ward et Guy Nantel, qui a été éliminé du gala. Appuyant ses deux collègues et exhibant fièrement le masque à la croix rouge que portaient tous les humoristes, Matte a par ailleurs reconnu que la commotion a pris des allures d’enflure médiatique pendant le week-end.

«C’est sûr qu’il y en a, a admis Martin Matte. Il y a un numéro qui a été censuré. C’est triste et inacceptable, et on crie et on se lève contre ça. Mais, en même temps, ça devient démesuré. Je lisais les messages sur mon Facebook, où des gens s’insurgeaient qu’on ne peut plus rien dire, et ce n’est pas vrai. Moi, dans Les beaux malaises, je dis ce que je veux, à la télé, et sur scène aussi.»

«J’ai parlé avec une dizaine de mes amis humoristes aujourd’hui, qui ne souffrent pas de censure. Il fallait que ça soit souligné ; ça l’a été, on est tous entrés avec nos masques. La liberté d’expression, il faut la protéger, c’est important, mais ce n’est pas vrai que Fabien Cloutier, Jean-René Dufort, moi, ne faisons pas ce que nous voulons. Plaignons-nous des vraies choses et n’enflons pas cette situation. Dénonçons-la comme un cas isolé qui n’est pas acceptable.»

Enfin, un mot sur le coming out forcé d’Éric Salvail, initié par Martin Matte lui-même à la télévision, dimanche soir. Était-ce «arrangé avec le gars des vues» ou prévu d’une quelconque façon?

«Pas du tout, a juré Martin Matte. J’improvise, à l’occasion, et j’aime bien ça!»

LIRE AUSSI:

L’année Mike Ward

Le top 5 des moments forts du 18e Gala Les Olivier

Tapis rouge aux allures de bal masqué

Les tenues préférées de la rédaction

Réal Béland critique l'organisation du Gala les Olivier sur le tapis rouge

Martin Matte crée un beau malaise

Galerie photo Le tapis rouge du Gala Les Olivier 2016 Voyez les images
Galerie photo Les gagnants du Gala les Olivier 2016 Voyez les images