NOUVELLES
16/05/2016 12:27 EDT | Actualisé 17/05/2016 07:05 EDT

Obtenir de la marijuana dans des commerces illégaux est un jeu d'enfant à Toronto (VIDÉO)

Une équipe de Radio-Canada a constaté qu'il est facile d'obtenir de la marijuana auprès de comptoirs illégaux de Toronto, sans même détenir une autorisation médicale. Un projet de loi sera déposé l'année prochaine pour légaliser la marijuana à des fins récréatives, mais des commerçants agissent comme si c'était déjà fait.

Un texte de Louis Blouin

Les comptoirs illégaux de vente de marijuana se sont multipliés dans plusieurs villes du pays. Ils profitent d'une zone grise, alors que se prépare la légalisation à des fins récréatives. À Toronto, la ville en dénombre 78 sur son territoire. Selon certaines estimations non officielles, il y aurait plus de cent comptoirs.

À l'aide d'une caméra cachée, nous avons visité trois commerces illégaux de la Ville Reine qui prétendent offrir du cannabis thérapeutique. Prétextant des maux de dos et des problèmes de sommeil, nous avons facilement obtenu de la marijuana à deux endroits, sans la moindre preuve médicale.

Comptoir no1: une période « d'essai »

Le premier endroit n'a pas les allures d'une clinique. Le décor est moderne et la musique hip-hop très forte. Une préposée nous explique que pour devenir membre, il suffit de fournir une pièce d'identité, quelques renseignements personnels et une signature électronique. Nous devons aussi nous engager à respecter certaines règles, comme l'interdiction de revendre la marchandise à des mineurs.

L'employé d'un comptoir illégal de marijuana à Toronto

L'employée nous permet d'acheter de la marijuana pour une période d'essai de deux semaines sans avoir à fournir la moindre preuve médicale. Un autre vendeur nous propose deux variétés de cannabis censées favoriser le sommeil parmi un vaste choix dans la vitrine.

Je l'ai utilisé hier soir et je me suis endormi tout de suite.

- Employé du comptoir illégal

Les transactions sont en comptant seulement. En une quinzaine de minutes, nous sortons avec du cannabis dont nous ignorons la provenance.

Comptoir no2 : les conseils du naturopathe

Nous répétons le même exercice à une autre adresse. L'endroit est bondé. Une jeune préposée nous demande de fournir une pièce d'identité et de remplir un formulaire. Cette fois-ci, une consultation est nécessaire avant d'obtenir du cannabis.

Une personne qui nous est présentée comme étant naturopathe nous donne ses conseils via internet.

Sans s'identifier, une personne qui nous est présentée comme un naturopathe nous pose des questions via Internet et donne quelques conseils.

Essayez d'abord de petites quantités. Assurez-vous de ne pas l'utiliser au travail ou en opérant de la machinerie lourde.

- Une personne qui nous est présentée comme un naturopathe

Nous lui expliquons que nous n'avons jamais consommé de marijuana. Il suggère d'utiliser un vaporisateur plutôt que de fumer et de consommer de petites quantités pour commencer. L'interlocuteur nous recommande aussi d'en parler à un médecin.

Après une conversation de moins de trois minutes, nous avons le feu vert pour en acheter, sans avoir fourni la moindre autorisation médicale. Rapidement, une deuxième transaction est conclue. Une préposée nous offre de payer comptant ou à l'aide d'une carte de crédit. Nous ressortons en une vingtaine de minutes avec une petite quantité de cannabis.

Comptoir no3 : une autorisation en « 20 minutes »

Dans un autre établissement, nous faisons face à une politique plus stricte, même si ce genre de commerce ayant pignon sur rue demeure illégal. L'employé refuse de nous fournir de la marijuana sans l'autorisation écrite d'un médecin. Pour l'obtenir, il nous recommande une clinique de Toronto où nous pourrons obtenir rapidement une consultation.

Selon lui, il est possible d'obtenir l'autorisation du médecin en « 20 minutes ». Il nous remet une carte d'affaires de la clinique en question, avant de revenir le voir une fois le document obtenu. Nous n'avons pas poussé la démarche plus loin.

Nous avons disposé de façon sécuritaire de la marijuana obtenue dans le cadre de ce reportage.

Santé Canada n'autorise pas les centres de distribution au détail. Ils sont jugés illégaux. Seuls les producteurs autorisés peuvent vendre de la marijuana à des fins médicales au public. La marchandise est envoyée par la poste directement aux patients. Ils doivent obtenir l'autorisation d'un praticien de la santé et lui demander de remplir un document médical qui précise la quantité quotidienne de marijuana requise.

Source : Santé Canada

Les villes laissées à elles-mêmes

Le conseiller municipal Joe Cressy se serait attendu à des directives claires du gouvernement fédéral à propos de ces commerces illégaux. Celui qui préside le comité sur la stratégie de la Toronto concernant la toxicomanie pense qu'Ottawa aurait dû mettre en place un plan de transition en attendant la légalisation de la marijuana à des fins récréatives.

Nous sommes tous laissés dans le flou tant que le gouvernement fédéral ne décide pas de la façon de procéder.

Joe Cressy, conseiller municipal à Toronto

M. Cressy déplore que les villes soient laissées à elles-mêmes. « Nous pourrions passer les six prochains à développer un cadre réglementaire pour les comptoirs illégaux, pour finalement se faire dire que la marijuana sera vendue dans les pharmacies ou à la LCBO » , déplore Joe Cressy.

Toronto passe à l'action

Ces commerces illégaux se sont multipliés au grand jour. La police de Toronto répète depuis longtemps qu'elle intervient seulement lorsque des citoyens se plaignent ou que la sécurité publique est menacée.

Ça attire les foules et pas nécessairement les foules qu'on souhaiterait voir près des écoles du quartier.

- Emilie Rosen, résidente de Toronto.

Devant la pression populaire, la ville elle a décidé d'agir. D'ici la fin du mois, les comptoirs illégaux seront mis à l'amende en vertu du règlement municipal de zonage. Les pénalités pourraient s'élever jusqu'à 50 000 $ pour les entreprises et 25 000 $ pour les individus visés.

À l'instar de Vancouver, le maire de Toronto John Tory, évalue la possibilité de réglementer l'activité de ces commerces.

Mesures prises à Vancouver :

- Les comptoirs de marijuana doivent être situés à une distance minimale les uns des autres et des écoles, par exemple.

- Les propriétaires doivent payer des frais de permis de 30 000 $/an.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques exemples de lois sur le cannabis dans le monde Voyez les images