DIVERTISSEMENT
16/05/2016 06:53 EDT | Actualisé 16/05/2016 06:54 EDT

Gala les Olivier 2016: François Morency s'est senti appuyé par ses pairs

François Morency avait une tâche titanesque à accomplir, dimanche, en animant le Gala les Olivier dans le contexte hasardeux qu’on connaît. Mais l’artiste s’est senti supporté par ses pairs dans la tempête. En fin de soirée, c’est un maître de cérémonie calme, serein et satisfait qui s’est entretenu avec la presse, avec beaucoup de générosité.

«C’a été une grosse soirée, un gros 72 heures», a d’abord échappé François Morency, avant de déclarer qu’il était heureux du spectacle livré.

«J’avais juste hâte que ça commence, a-t-il raconté. J’étais juste à boutte de gérer le flot de courriels, de décisions, de déclarations, de «Qu’est-ce qu’on fait si Mike gagne?»… On avait entendu dire que les humoristes allaient monter sur scène, mais on ne savait pas quand, comment, qui allait parler…»

La fin de semaine s’est définitivement déroulée sous le signe de l’incertitude pour François Morency, qui devait obligatoirement lâcher prise sur une importante partie de «son» gala, ignorant ce qui allait en advenir.

«Il y a une partie que je contrôlais, mes numéros à moi, mes invités, les présentateurs, mais je ne savais pas qui allait monter sur scène pour remercier, ce qui allait se dire, s’il allait se faire des «sparages»… Dans un sens, j’étais prêt à tout et je me disais qu’on allait dealer avec!»

Image puissante

Par contre, François Morency savait que ses confères et consoeurs humoristes ne cherchaient pas à lui nuire. Si plusieurs ont cru que la communauté comique québécoise boycotterait purement et simplement le gala après que Mike Ward eut annoncé qu’il ne serait pas de la fête, rapidement, François Morency, de son côté, a été rassuré par les dizaines de messages-textes et de courriels qui lui ont été envoyés par ses collègues. Ceux-ci tenaient tous à lui dire qu’ils seraient derrière lui.

«Ils m’ont totalement supporté, insiste le principal intéressé. Totalement.»

Morency dit avoir été impressionné par le geste des personnalités, dont le visage était couvert d’un masque avec un «X» rouge, qui se sont rendues à l’avant d’un même souffle, en groupe, pour accepter la récompense décernée à Mike Ward pour son podcast Mike Ward sous écoute.

«C’était simple. L’image était puissante. Je m’attendais à ce que des gars de la relève, ou des humoristes dans le genre de Mike, le fassent. Mais j’ai vu François Bellefeuille. Puis, André Sauvé. Puis, Stéphane Rousseau. Bravo, ils ont tous exprimé ce qu’ils avaient à dire sur le sujet. Louis Morissette a fait un super speech, Martin Matte aussi… Tout ce qu’il y avait à être dit a été dit.»

«Maintenant, il va arriver quoi avec ça? Si tout ça a servi juste à s’insulter sur Facebook, ça ne servira pas à grand-chose. S’il y a une affaire qui va arriver, je pense, c’est que l’APIH (Association des professionnels de l’industrie de l’humour), qui supervise le gala, va faire une remise en question de sa structure, de sa façon de gérer ces affaires-là. Parce que s’ils ne changent rien, qu’ils font un gala l’an prochain et appellent les gens à embarquer, plusieurs vont être réticents. Radio-Canada, aussi, je pense, a appris là-dedans, même s’ils ont déjà géré des crises dans leur vie. Parce qu’il y avait bien des joueurs d’impliqués là-dedans», estime François Morency, qui a vécu en ce mois de mai 2016 sa première controverse en carrière.

«J’ai vécu la pression de livrer une première de show, un gala, un lancement, un talk-show. Mais je n’ai jamais vécu une controverse. Moi je ne suis pas un gars de controverse. Mike, lui, le vit aux deux semaines, mais moi, d’avoir une liste de 80 journalistes qui voulaient me parler pour avoir mon opinion, je n’avais jamais vécu ça. En même temps, je devais écrire le gala, le répéter. Moi, c’était nouveau, la controverse, je n’avais jamais eu à gérer ça!»

François Morency serait-il prêt à recommencer et à reprendre les rênes du Gala les Olivier l’an prochain? La réponse n’est pas catégorique.

«Ça dépend. Moi, je suis un humoriste, dans la vie. Je vais continuer à animer des galas, celui-là ou d’autres. Est-ce que je réanimerais les Olivier ? Sûrement. Mais si l’APIH fait ses devoirs en se restructurant…»

LIRE AUSSI:

L’année Mike Ward

Le top 5 des moments forts du 18e Gala Les Olivier

Tapis rouge aux allures de bal masqué

Les tenues préférées de la rédaction

Réal Béland critique l'organisation du Gala les Olivier sur le tapis rouge

Martin Matte crée un beau malaise

Galerie photo Le tapis rouge du Gala Les Olivier 2016 Voyez les images
Galerie photo Les gagnants du Gala les Olivier 2016 Voyez les images