DIVERTISSEMENT
15/05/2016 10:02 EDT | Actualisé 16/05/2016 11:36 EDT

Réal Béland critique l'organisation du Gala les Olivier sur le tapis rouge (VIDÉO)

Contrairement à plusieurs de ses collègues humoristes, Réal Béland a accepté de parler aux journalistes sur le tapis rouge du 18e Gala les Olivier, dimanche.

Il avait plusieurs bonnes raisons de le faire : d’abord désireux de s’exprimer sur l’affaire concernant Mike Ward et Guy Nantel, Réal Béland a aussi tenu à clarifier sa position devant le Gala les Olivier, un événement avec lequel il n’est pas vraiment à l’aise.

Concernant le numéro du duo Ward-Nantel, il a eu ces mots.

«La liberté d’expression, c’est le moteur de l’humour. Si on n’est pas capables de s’exprimer librement, on va devenir beiges comme les politiciens, et je ne pense pas que c’est ce que les gens veulent. On est là pour colorer un peu la société. Donc, on se défend au maximum. On ne peut pas laisser des gestionnaires, des bureaucrates, des avocats décider des gags pour nous. Pour moi, ça ne marche pas», a plaidé Réal Béland.

Le point sur le gala

Puis, à propos du gala en tant que tel, Réal Béland a spécifié qu’il a toujours été de la fête, dans les 18 dernières années. Dimanche, il était principalement présent pour appuyer son grand complice Dominic Paquet, qui comptait au nombre des finalistes, notamment dans les catégories Spectacle d’humour de l’année et Auteur de l’année pour son spectacle Rien qu’s’une gosse, dont Réal Béland a signé la mise en scène.

Or, aux yeux de ce dernier, la profession d’humoriste ne se marie tout simplement pas au concept de base d’un gala.

«Ce que je n’aime pas pour les humoristes, c’est qu’un gala, ça se prend au sérieux, a argué Réal Béland. Et les humoristes, c’est tout à fait le contraire. Quand on commence à se remettre des prix et à croire qu’on est vraiment plus drôle qu’un autre, moi, ça m’achale bien gros…»

«Je produis moi-même mon show, a-t-il ajouté. Je n’ai aucun intérêt, depuis des années, à être ici. Je travaille seul. Je suis là pour encourager mes amis, François Morency qui anime, mais l’organisation des galas en général, pour les humoristes, je trouve que ça ne va pas ensemble.»

Rien pour stopper le cynisme de Réal Béland devant le Gala les Olivier : le 4 avril dernier, lors du dévoilement des nominations, une confusion s’est produite. Des erreurs s’étaient glissées dans la liste des finalistes remise aux artistes, à leur équipe et aux médias. Tant et si bien que Réal Béland a cru pendant quelques jours qu’il était cité dans la catégorie Metteur en scène de l’année pour Rien qu’s’une gosse mais, dans les faits, il n’en était rien.

«Finalement, ils se sont trompés, et j’ai été «bouncé» vers la catégorie Auteur de l’année. On voit un peu l’organisation… Après, les gens rient un peu de l’industrie de l’humour, se disent que c’est «tout croche». C’est un peu à cause de ça. Les gestionnaires, au bout de ça, je ne sais pas s’ils prennent ça au sérieux. Tu ne peux pas mettre quelqu’un en nomination, et ensuite l’enlever! Je n’étais pas seul, là-dedans, non plus. Certains ont été complètement enlevés du gala, et pas seulement d’une catégorie. C’est encore pire. On ne prend peut-être pas ça au sérieux mais, quand on nous annonce qu’on est en nomination, on l’écrit sur notre page Facebook, les gens nous félicitent. Ensuite, on est obligés de dire que ça ne marche pas, finalement. C’est un peu bizarre. Ils m’ont averti trois jours après, se sont excusés trois jours après auprès de moi. C’est ce que je n’ai pas aimé. Moi, j’ai un petit bureau avec mon agent, et on n’est comme pas considérés dans cette industrie. Ça me fatiguait, aussi.»

Comme la plupart de ses amis du métier, Réal Béland avait enfilé, dimanche, le fameux masque orné d’un «X» rouge qui servait d’outil de protestation. Mais, fidèle à lui-même, il le portait… à l’envers. Il a précisé en riant que son accoutrement était «home made» parce qu’il est arrivé en retard.

«Moi je trouve important d’exprimer ce qu’on pense, parce qu’on est là pour ça. Quand je donne mon opinion, en disant qu’un gala ne va pas avec l’humour, j’ai le droit de m’exprimer là-dessus, et il y a peut-être plein d’humoristes qui ne sont pas d’accord avec moi, mais je suis sûr qu’ils ne m’en voudront pas», a terminé Réal Béland, de son habituel ton posé et sympathique.

Réal Béland collabore toujours à l’émission Éric et les fantastiques, à Radio Énergie, produit la nouveauté Belle ordure et assurera la mise en scène du premier one man show de Phil Roy, ainsi que celle des galas Juste pour rire de Dominic Paquet et Maxim Martin, et des Denis Drolet et de Dominic et Martin, cet été.

LIRE AUSSI:

Tapis rouge aux allures de bal masqué

Les tenues préférées de la rédaction

Réal Béland critique l'organisation du Gala les Olivier sur le tapis rouge

Martin Matte crée un beau malaise

Adib Alkhalidey a un look hallucinant

Le sketch de Guy Nantel et Mike Ward diffusé sur le web

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le tapis rouge du Gala Les Olivier 2016 Voyez les images