DIVERTISSEMENT
14/05/2016 04:16 EDT | Actualisé 14/05/2016 04:16 EDT

Gala Les Olivier 2016: «l'annus horribilis» ?

La 18e édition du Gala les Olivier n’est certainement pas la plus chanceuse de l’histoire de l’événement. Déjà, à la conférence de presse de dévoilement des nominations, le 4 avril dernier, une énorme confusion s’était produite: la liste des finalistes imprimée sur le communiqué remis aux nommés, à leur équipe et aux médias comportait plusieurs erreurs et mélangeait les finalistes dans les catégories Auteur de l’année et Metteur en scène de l’année. Il a fallu rétablir les faits et renvoyer plus tard la liste révisée et corrigée aux personnes concernées.

Puis, hier, coup de théâtre pour le moins ironique : Mike Ward et Guy Nantel ont vu leur numéro de présentation d’un prix éliminé en raison de propos jugés trop controversés par l’assureur de l’APIH (Association des professionnels de l’industrie de l’humour), qui produit le Gala les Olivier. Et ce, dans le cadre d’une fête que l’animateur, François Morency, prévoyait déjà depuis longtemps placer sous le thème de… la liberté d’expression. Ça ne s’invente pas. Sur les réseaux sociaux, certains ont même cru à une mise en scène savamment orchestrée pour mousser le fil conducteur du gala, mais il semble qu’il n’en soit rien.

Aussitôt, les humoristes n’ont pas tardé à réagir en faisant front commun pour défendre Mike Ward et Guy Nantel. Mike Ward a déjà annoncé sur sa page Facebook qu’il ne se présentera pas au gala dimanche, et a affirmé àLa Presse que Guy Nantel et lui enregistreront samedi le sketch «litigieux» au Bordel Comédie Club, et qu’ils le mettront en ligne sur le web pendant la diffusion des Olivier, dimanche.

Maxim Martin a certainement été le plus virulent dans son appel à la mobilisation, en suggérant à tous les humoristes d’arriver en retard de 15 minutes au gala, de se placer un collant sur la bouche pour dénoncer le geste de l’APIH et de Radio-Canada ou de défendre Mike Ward et Guy Nantel haut et fort dans leur discours de remerciements, pour revendiquer leur liberté d’expression.

Stéphane Rousseau n’y est pas allé de main morte non plus, en proposant un boycott pur et simple et en invitant ses camarades à «foutre le plus gros bordel télévisuel que l’histoire n’a jamais connu» .

Plusieurs ont aussi lancé l’idée de monter sur scène en groupe, advenant le cas où Mike Ward remporterait la récompense de l’Olivier de l’année, pour laquelle il en lice, et de scander un slogan du genre «Je suis Mike Ward». Bref, plusieurs avenues sont envisagées.

Chose certaine, on peut déjà s’attendre à une réaction majeure demain soir. La plupart des artistes qui se sont exprimés sur la question s’accordaient tous pour dire qu’il ne fallait pas nuire à François Morency et à tout le boulot accompli par ce dernier pour concocter un rassemblement amusant pour le public, dans la salle comme à la maison. Mais la volonté qui gronde de ne pas laisser cette affaire rester lettre morte est puissante et généralisée.

De son côté, Radio-Canada a déclaré dans un communiqué, vendredi, que la décision d’enlever le segment de Mike Ward et Guy Nantel ne relevait pas de la censure et qu’il s’agissait plutôt d’une prudence et du respect du processus juridique, puisque Ward et Nantel faisaient référence, dans leur échange, à la poursuite intentée contre Mike Ward par Jérémy Gabriel. Aucun verdict n’a encore été rendu dans ce bras-de-fer.

Pas d’hypocrisie

Répétons-le, dans le contexte où François Morency espérait déjà asseoir le contenu de son gala sur le cheval de bataille qu’est la liberté d’expression, toute cette histoire revêt un caractère encore plus grinçant.

Déjà, lors de l’annonce des finalistes, le maître de cérémonie reconnaissait que l’année est «mouvementée» à ce niveau, qu’on pense non seulement au conflit opposant Mike Ward et Jérémy Gabriel, mais aussi à Louis Morissette et sa position devant le blackface, au doigt d’honneur de Mariana Mazza au Gala les Olivier de l’an dernier, et aux discussions corsées entre Patrick Huard et la policière Stéphanie Trudeau (Matricule 728) à Tout le monde en parle, pour ne nommer que ces «cas».

«Je me suis dit: soyons intelligents et servons-nous de l’évidence, a expliqué François Morency, le 4 avril dernier. Si j’avais voulu faire semblant qu’il n’y a pas eu de scandale en humour, j’aurais passé pour un hypocrite, un chicken. Je devais en parler, c’était trop clair, trop «dans notre face», cette année. Alors je me suis dit: aussi bien en faire le numéro d’ouverture. Parler du fait qu’aujourd’hui, il y a toujours quelqu’un, quelque part, pour s’offusquer, pas toujours pour des bonnes raisons. Tant qu’à le subir, rions-en!»

Or, rire d’un tabou ne rend pas celui-ci plus facile à traiter pour autant, admet celui qui a aussi piloté le Gala les Olivier en 2014, ainsi que le Gala Artis de 2006 à 2008.

«C’est bizarre, parce que tu écris un numéro sur la censure, qui doit lui-même subir de la censure, parce que c’est à la télévision, a tristement rigolé François Morency. Je dis censure… Appelons-ça plutôt une supervision. Mais c’est la game. Ça fait assez longtemps que je fais ce métier pour savoir que, quand tu animes un gala à heure de grande écoute à Radio-Canada, un dimanche soir, on n’aura pas carte blanche. La direction approuve tous les textes, tous les duos de présentateurs.»

Est-ce que la frilosité des décideurs empire, d’une année à l’autre, compliquant de plus en plus le travail des créateurs? «Tout à fait», n’hésite pas à statuer François Morency.

«Chaque fois qu’on atteint un niveau….Maintenant, on est rendu dans le légal. Il y a une poursuite [Mike Ward contre Jérémy Gabriel]. Ce n’est pas unique au Québec, évidemment. Il y a eu bien plus de cas comme ça aux États-Unis. Mais c’est ça, maintenant, la game ; tu embarques ou tu n’embarques pas!»

François Morency dit qu’il se prononcera sur le cas opposant Mike Ward et Jérémy Gabriel dimanche et refuse ainsi de trop en dire à ce sujet en entrevue, mais il consent néanmoins à donner son opinion sur un aspect.

«Ce qui saute aux yeux, c’est la violence des réactions des deux côtés. Il n’y a plus moyen de ne plus être d’accord, maintenant, sans que ça finisse par "Va chier, mon tabarnac". Moi, c’est ce qui me trouble. Et ce n’est plus juste par rapport à l’humour; c’est dans le débat souverainiste-fédéraliste, le débat sur les armes à feu, comme on l’a vu à Tout le monde en parle… Il n’y a plus moyen de ne plus être d’accord! Pour moi, c’est ça, le plus gros problème.»

Autre joyeux tour du destin: François Morency est nommé, cette année, dans la catégorie Capsule ou sketch humoristique à la radio, pour l’émission Zone Morency, dont il tenait les commandes le midi à Radio Énergie l’automne dernier, et qui a été écartée de la grille-horaire après seulement trois mois et demi en ondes, faute de cotes d’écoute satisfaisantes. Cet encouragement inattendu le fait sourire.

«Les nominations aux Olivier couvrent toute l’année, donc je suis aussi nommé pour les capsules que je faisais à l’émission du matin, l’an dernier. Mais, oui, il y a une certaine ironie. On verra, si je gagne, qui je vais remercier...», a-t-il laissé planer en souriant.

Sur une note plus réjouissante, les téléspectateurs du Gala les Olivier auront droit à de jolies surprises dimanche. Des gens qui n’ont jamais présenté de trophées aux Olivier, dont la désormais célébrissime Gaby Gravel, de Like-Moi, ainsi que François Pérusse, Katherine Levac, Phil Roy, Anaïs Favron, Édith Cochrane, Dominic Paquet et plusieurs autres, seront de la partie.

«Ce que j’ai retenu d’il y a deux ans, c’est qu’il y a des humoristes de ma génération, des plus jeunes, des plus vieux, que tous les styles d’humour sont représentés, le stand up, le sketch, la télé, la radio, et cette année, c’est la même chose. Il y a une plus grande présence féminine, qui représente la réalité de l’humour maintenant, la diversité… J’essaie d’être le plus fidèle possible à ce que l’industrie devient, d’être représentatif des gens pour qui on fait ce gala», a conclu François Morency.

Le Gala les Olivier sera présenté ce dimanche, 15 mai, à 19h30, à Radio-Canada, et en simultané sur le web, en direct des studios de Radio-Canada. Douze statuettes seront remises au total.

Les réactions de quelques finalistes

Jean-Thomas Jobin – Spectacle d’humour de l’année, Auteur de l’année et Metteur en scène de l’année, pour le spectacle Apprendre à s’aimer

«Je suis bien content. Ça me fait très plaisir, c’est une belle tape dans le dos que l’industrie me donne et ça me touche beaucoup. Je suis très heureux que mon metteur en scène, Pierre-Michel Tremblay, soit en nomination, parce qu’il a travaillé fort avec moi sur mes trois spectacles. Je suis fier qu’il reçoive cette reconnaissance.»

«Moi, je ne suis en compétition avec personne en humour ; je fais mes trucs et j’adopte un peu l’attitude "qui m’aime me suive", mais ça me fait plaisir de recevoir une fleur comme celle-là. À partir de là, je suis content d’être en nomination, ça me donne une belle vitrine pour mon spectacle. Peu importe qui va gagner, je serai content pour le gagnant.»

Vincent C – Spectacle d’humour de l’année et Metteur en scène de l’année, pour le spectacle Magicien pour adultes

«On avait soumis ma candidature dans trois catégories. Si j’avais été retenu dans une, j’aurais été super content, de l’être dans deux, je suis super surpris! Je suis un magicien dans un monde d’humour, je suis un magicien drôle, c’est la seule chose que j’ai en commun avec les humoristes. Ils m’ont laissé entrer dans leur gang, ils me mettent en nomination pour des prix, je ne peux pas demander mieux. C’est quétaine, mais c’est presque magique, un magicien qui réussit à avoir des nominations dans un gala d’humour. Je ne peux rien demander de plus. Ceci dit, je me tiens avec des humoristes dans la vie, ce sont tous mes chums, et je n’ai pas du tout le syndrome de l’imposteur. J’ai travaillé fort et, à la mise en scène et la direction artistique, j’ai eu l’aide de Serge Denoncourt, qui est un «vrai» metteur en scène et qui a su créer une ambiance à mon spectacle.»

Simon Gouache – Découverte de l’année

«C’est une reconnaissance très agréable. On travaille toute l’année pour nos propres affaires, notre carrière à soi, et de voir que des gens ont remarqué qu’on travaille fort, ça fait toujours plaisir.»

Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Guillaume Lambert et Florence Longpré – Série humoristique à la télévision pour Like-moi!

«Des comédiens ne s’attendent jamais à se ramasser aux Olivier. On est honorés et choyés. Quand on joue dans Mémoires vives et Nouvelle adresse, on ne s’attend pas à se retrouver dans un show comique! (rires) Mais c’est notre vraie nature qui sort (rires) C’est une belle reconnaissance pour le travail de Marc [Brunet, auteur de Like-moi!] et le reste de l’équipe. On a une équipe formidable derrière nous, qui travaille fort, on est bien entourés, tout est dirigé pour que le gag fonctionne et que nous, on soit mis en valeur.»

La liste complète des nominations au Gala les Olivier 2016

Spectacle d’humour de l’année

Stéphane Rousseau – Un peu princesse

Jean-Thomas Jobin – Apprendre à s’aimer

Dominic Paquet – Rien qu’s’une gosse

Philippe Laprise – Plus sexy que jamais

Vincent C – Magicien pour adultes

Mise en scène de l’année

Stéphane Rousseau – Un peu princesse

Jean-Thomas Jobin – Apprendre à s’aimer

Mario Tessier – Seul comme un grand

Stéphane Fallu – Bon deuxième

Vincent C - Magicien pour adultes

Auteur de l’année

Stéphane Rousseau – Un peu princesse

Jean-Thomas Jobin – Apprendre à s’aimer

Guillaume Wagner – Trop humain

Maxim Martin – Maxim Martin enfin

Dominic Paquet – Rien qu’s’une gosse

Olivier de l’année (vote du public)

Mike Ward

P-A Méthot

Louis-José Houde

Stéphane Rousseau

Martin Matte

François Pérusse

François Bellefeuille

Spectacle d’humour – Meilleur vendeur

François Bellefeuille

Philippe Bond

Louis-José Houde

P-A Méthot

Les Morissette

Numéro d’humour de l’année

L’argent – Julien Tremblay

La table – André Sauvé

Numéro d’ouverture Gala de l’ADISQ 2015 – Louis-José Houde

Système D – Daniel Grenier

Sable dans le vagin – Mariana Mazza

Découverte de l’année

Mehdi Bousaidan

Mélanie Couture

Simon Gouache

Yannick De Martino

Phil Roy

Capsule ou sketch humoristique à la radio

La soirée est encore jeune

La zone Morency

Parasol et Gobelets

Raconte-moi l’actualité

Spécial humoristique à la télévision

Bye Bye 2015

Canal DD

Infoman 2015

Meilleur avant le 31, bon pareil le 1er

Comédie à la télévision

Boomerang

Ces gars-là

Les beaux malaises

Les pêcheurs

Mon ex à moi

Capsule, chronique ou sketch humoristique web

Cours toutoune – Geneviève Gagnon

Joe le mécano – Joe Guérin

La dump – Maude Morissette

Mike Ward sous écoute – Mike Ward

Papa – Jonathan Roberge

Série humoristique à la télévision

Infoman

Les recettes pompettes

Like-moi!

Prière de ne pas envoyer de fleurs

Une histoire vraie

LIRE AUSSI:

Suivez notre couverture en direct

Le numéro Mike Ward et Guy Nantel retiré

Quel sera le spectacle d'humour de l'année?

Stéphane Rousseau et Jean-Thomas Jobin partent favoris

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Gagnants - Gala des Olivier 2015 Voyez les images