NOUVELLES
13/05/2016 06:26 EDT | Actualisé 14/05/2017 01:12 EDT

Cool, j'ai six doigts! Les mirages de la réalité virtuelle

Se retrouver soudain avec six doigts: ce n'est pas de la magie mais une illusion que peut procurer la réalité virtuelle. Une extension corporelle temporaire fort bien acceptée par ceux qui se prêtent au jeu, soulignent des chercheurs.

Une équipe de l'Inria, établissement public français dédié aux sciences du numérique, a cherché à mieux comprendre les mécanismes d'appropriation de notre corps virtuel, notre "avatar".

Pour cela, elle a développé une plateforme expérimentale grâce à laquelle l'utilisateur, équipé d'un visiocasque de réalité virtuelle, peut observer son "avatar" et notamment ses mains imaginaires.

La main à six doigts a été modélisée par un infographiste. Le doigt supplémentaire s'est glissé entre l'annulaire et l'auriculaire.

L'expérience, dont les résultats sont publiés dans Frontiers, une publication en accès libre, a impliqué 24 hommes.

Grâce à leur casque, les participants avaient l'impression d'avoir six doigts à la main droite, posée sur une table.

Pour faire ressentir ce doigt imaginaire aux gens, un expérimentateur passait un pinceau sur leurs différents doigts bien réels. Simultanément, les mouvements du pinceau étaient reproduits dans la scène virtuelle.

Alors que le pinceau virtuel passait sur le sixième doigt, l'expérimentateur brossait l'annulaire, procurant une sensation physique à la personne.

"Nous avons observé une forte appropriation de cette main à six doigts", explique Anatole Lécuyer, directeur de recherche à l'Inria à Rennes (France).

Les participants ont mis un peu de temps à réaliser qu'ils avaient ce doigt supplémentaire. Puis quand ils s'en sont aperçus, "il n'y a pas eu de gêne, de rejet, mais plutôt de l'émerveillement", dit-il en présentant l'étude à la presse.

Invités à tester le dispositif, les journalistes ont fait le même constat. Plutôt contents de se voir dotés d'un sixième doigt, ils ont vraiment eu l'impression de sentir le passage du pinceau sur lui.

Et lorsque le chercheur leur a fait visualiser à nouveau une main à cinq doigts seulement, il y a eu comme une sensation de perte...

Pour l'instant, ces travaux sont du domaine de la recherche fondamentale. "Nous cherchons à comprendre comment on s'identifie à un corps virtuel, ce qui permet de le favoriser ou à l'inverse ce qui peut le limiter", déclare M. Lécuyer qui souhaite travailler avec d'autres disciplines comme les neurosciences et la psychologie.

"Une fois que nous aurons ces informations, je pense que nous serons à même de produire des recommandations pour diverses applications de réalité virtuelle", ajoute-t-il.

Ce secteur est en plein boom avec l'arrivée massive de visiocasques et le développement d'applications grand public (jeux vidéo immersifs, communautés virtuelles, réseaux sociaux etc).

pcm/ial/sd