POLITIQUE
12/05/2016 08:27 EDT | Actualisé 12/05/2016 08:27 EDT

Véronique Hivon annonce un cinquième appui: Mathieu Traversy

Le député péquiste Mathieu Traversy a annoncé jeudi son appui à sa collègue Véronique Hivon, candidate à la course à la direction du Parti québécois.

Mme Hivon a présenté M. Traversy, âgé de 31 ans, comme un membre de la relève dans le caucus péquiste, proche de la jeunesse.

"C'est quelqu'un qui travaille avec la base, qui est excessivement connecté sur les jeunes mais c'est aussi quelqu'un d'idées, qui est travaillant", a-t-elle dit.

Lors d'un point de presse avec Mme Hivon, M. Traversy, député de Terrebonne, a loué le côté inspirant de la candidate.

"Elle est capable d'aller rejoindre une clientèle qui est très large, c'est une femme inspirante, c'est une femme qui inspire la confiance, a-t-il dit. Dans l'état actuel des choses, au Québec, je pense en toute honnêteté, qu'elle est l'antidote au cynisme politique."

M. Traversy est le cinquième appui du caucus de Mme Hivon, qui est la seule candidate déclarée jusqu'ici dans la course.

Mme Hivon a affirmé que les députés qui l'appuient souhaitent transformer le PQ.

"Ce sont tous des élus qui sont connectés avec leur base, qui souhaitent sortir de nos certitudes, qu'on se pose les bonnes questions, a-t-elle dit. Pourquoi? Parce qu'on aime profondément notre Parti québécois. On l'aime tellement qu'on veut le réinventer pour faire qu'il soit aussi inspirant qu'en 1976."

Mme Hivon n'a pas voulu endosser l'étiquette d'"anti-establishment", dans le contexte où des députés en position d'autorité dans le caucus péquiste pourraient se rallier à la campagne d'Alexandre Cloutier, qui annoncera sa candidature vendredi.

"Je n'ai pas à me prononcer, de quelle manière je suis, a-t-elle dit. Je vais faire ma campagne, j'ai ma propre trajectoire."

Alors que la cadence de la course s'accélérera, avec cette annonce, Mme Hivon a répondu à une question à propos de son caractère en apparence conciliant.

"Ça me fait rire ça, a-t-elle dit. Oui, je suis gentille mais je suis aussi forte, déterminée et persévérante."

M. Cloutier doit annoncer vendredi sa candidature dans sa circonscription de Lac-Saint-Jean.

L'ex-whip en chef de l'aile parlementaire péquiste, le député Harold LeBel, sera présent à l'événement.

M. LeBel a renoncé à son poste de direction au sein du caucus afin de pouvoir prendre position dans la course.

Agnès Maltais a annoncé également sa démission de ses fonctions de leader parlementaire adjointe, jeudi, afin de ne pas être soumise à la neutralité.

Mme Maltais n'a donné aucune indication du candidat qu'elle pourrait appuyer.

"J'ai simplement annoncé que je ne serai plus leader adjointe parce que je veux participer à la course, voilà, a-t-elle dit. Il y a assez de relève au Parti québécois, j'ai donné de bonnes années."

La présidente du caucus péquiste, Nicole Léger, a affirmé qu'elle réfléchit actuellement à quitter ses fonctions de direction pour prendre position dans la course.

Jeudi matin, Mme Léger a eu une discussion seul à seul avec M. Cloutier, dans la salle où les députés péquistes s'étaient réunis pour préparer la période des questions.

"On demande la neutralité des officiers, alors je prendrai ma décision en temps et lieu, a-t-elle dit aux journalistes en sortant. Je parle avec tous les candidats."

En vertu des règles que se sont données les députés, les membres de la direction du caucus doivent rester neutres durant les courses à la chefferie.

L'an dernier, tous les députés exerçant ces fonctions, dont Mme Maltais, avaient choisi de ne pas prendre position.

Mme Léger et M. LeBel ont appuyé M. Péladeau durant la dernière course à la direction.

Voir aussi:

Galerie photo Qui pourrait devenir chef du PQ Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter