NOUVELLES
12/05/2016 14:39 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Venezuela : la prochaine étape du référendum anti-Maduro début juin (autorité électorale)

La prochaine étape du processus vers un référendum pour révoquer le président vénézuélien Nicolas Maduro ne commencera pas avant le 2 juin, a annoncé jeudi l'autorité électorale, au grand dam de l'opposition qui souhaite hâter le calendrier.

"Du 18 mai au 2 juin, nous allons vérifier les formulaires" qui ont servi à recueillir les quelque deux millions de signatures remises par l'opposition en faveur de ce référendum, a déclaré Socorro Hernandez une des responsables du Conseil national électoral (CNE), institution considérée comme étant proche du gouvernement.

Après avoir finalisé le décompte des signatures, le CNE procédera à leur numérisation du 16 au 20 mai, avant de les vérifier, a-t-elle expliqué.

Le CNE avait jusqu'à lundi pour compter les signatures déposées par la Table pour l'unité démocratique (MUD, majoritaire au Parlement), soit 1,8 million, selon cette dernière, et constater officiellement que leur nombre dépasse le minimum requis de 200.000 (1% de l'électorat).

Une fois les signatures vérifiées, cet organisme doit ensuite appeler les signataires à valider leur choix en personne, en apposant leur empreinte digitale, sur une période de cinq jours.

Le gouvernement avait dénoncé lundi l'existence de "fraudes" sur la liste des signatures, estimant par ailleurs que le référendum ne pourrait pas se dérouler cette année. Il a aussi prévenu qu'il demanderait au CNE d'arrêter le processus si des actes de violence ou de désordre survenaient.

Pour arriver jusqu'au référendum, l'opposition devra ensuite réunir quatre millions de signatures en trois jours. Puis, lors du référendum à proprement parler, elle devra obtenir plus de voix que Nicolas Maduro à l'élection présidentielle de 2013 (7,5 millions) afin de l'écarter du pouvoir.

La question du calendrier est cruciale, d'où l'empressement de l'opposition : si le référendum survient avant le 10 janvier 2017 et que le "oui" l'emporte, le Venezuela irait vers de nouvelles élections.

Mais à partir du 10 janvier, tout référendum couronné de succès ne mènerait qu'à une chose: le remplacement de M. Maduro par son vice-président Aristobulo Isturiz, du même parti.

Concernant la longueur de cette première phase, Socorro Hernandez du CNE, s'est justifiée jeudi : "Si on nous remet deux millions de signatures, nous devons faire le travail (de vérification) de deux millions" de signatures.

axm/vo/tup