NOUVELLES
12/05/2016 09:09 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

USA: procès fixé au 7 novembre pour deux proches du président venezuelien

L'ouverture du procès de deux neveux de la Première dame du Venezuela, accusés de complot de trafic de cocaïne à New York, a été fixée jeudi au 7 novembre prochain.

En tenue noire de prisonniers, Efrain Antonio Campo Flores et Franqui Francisco Flores de Freitas, très calmes, ont comparu au tribunal fédéral de Manhattan lors d'une audience préparatoire à ce procès, durant laquelle la date a été fixée, a constaté l'AFP.

Tous les échanges de pièces et allers-retours entre accusation et défense devront être finalisés d'ici le 5 août.

Le juge Paul Crotty a longuement mis en garde les jeunes gens sur le fait qu'une tierce partie, non identifiée, payait pour leurs nouveaux avocats respectifs. Il a souligné le "danger réel" d'un conflit d'intérêt, si cette tierce partie privilégiait des intérêts contraires à l'un d'entre eux, ou aux deux.

Il s'est assuré à plusieurs reprises que les jeunes gens, qui suivaient l'audience via un interprète, comprenaient ce qu'il leur expliquait.

"Personne ne peut prédire la route que va prendre cette affaire", a insisté le juge. Il a spécifiquement fait dire aux accusés qu'ils renonçaient à utiliser en appel ce conflit potentiel d'intérêts, s'ils étaient condamnés.

"Oui, je comprends", ont-ils déclaré l'un après l'autre en espagnol.

Efrain Antonio Campo Flores et Franqui Francisco Flores de Freitas --alors âgés de 29 et 30 ans-- ont été arrêtés le 10 novembre en Haïti, puis transférés à New York. Ils s'agit de neveux de Cilia Flores, l'épouse du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Ils sont accusés d'avoir voulu importer aux Etats-Unis "cinq kilos et plus de mélanges et de substances contenant une quantité détectable de cocaïne", selon l'acte d'accusation, et d'avoir "participé en octobre 2015 à des rencontres au Venezuela, concernant une cargaison de cocaïne qui devait être envoyée aux Etats-Unis en passant par le Honduras".

L'acte d'accusation parle de "complot" pour "fabriquer et distribuer" une substance interdite, impliquant "d'autres personnes connues et inconnues".

Parmi les éléments à charge figurent des heures d'enregistrements audios et vidéos.

Ils ont plaidé non coupable le 17 décembre, mais rien ne les empêche de changer d'avis d'ici l'ouverture du procès en novembre.

Ils risquent la réclusion à perpétuité.

Après leur arrestation, le président du parlement vénézuélien Diosdado Cabello avait affirmé qu'ils avaient été "kidnappés" par les Etats-Unis et avait dénoncé une "procédure très irrégulière" par l'agence anti-drogue américaine DEA.

Les autorités américaines estiment qu'une grande partie de la cocaïne produite en Colombie transite par le Venezuela avant de faire route notamment vers les Etats-Unis et l'Europe.

bd/elm