NOUVELLES
12/05/2016 08:39 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Une Journée à Cannes: le choc Guiraudie, Clooney flingue Trump

Voici les femmes, les hommes, les films et autres événements qui ont marqué la première journée de la compétition du 69e Festival de Cannes, jeudi:

Les femmes

- Julia Roberts: pour la première fois au Festival de Cannes, Julia Roberts, l'une des icônes les plus glamour d'Hollywood depuis "Pretty Woman", a présenté hors compétition jeudi "Money Monster", quatrième long métrage de Jodie Foster, thriller dénonçant les médias et la finance. "Je suis ici (NDLR: à Cannes) avec mes amis, et c'est comme un rêve qui devient réalité", a confié l'actrice.

- Jodie Foster: réalisatrice de "Money Monster", l'actrice oscarisée a déploré le fait que de nombreux studios de cinéma estiment encore que confier la réalisation d'un film à une femme est "un risque trop important". Cependant, Jodie Foster admet, en termes de parité, que des changements radicaux ont été observés depuis ses premiers tournages enfant, dans les années 70, "où la seule femme sur le plateau était soit (sa) mère, soit la maquilleuse".

Les hommes

- Alain Guiraudie: le réalisateur français qui avait déjà fait sensation en 2013 à Cannes avec "L'Inconnu du lac", a offert à la compétition un premier choc. Sa dernière livraison, "Rester Vertical", est un film cru et onirique dans la France rurale, à la nature magnifiée, avec scène d'accouchement, sodomie avec un mourant sur fond de musique planante, sexe féminin filmé en gros plan, moutons éventrés...

- Cristi Puiu: avec "Sieranevada", en lice pour la Palme d'or, le réalisateur roumain Cristi Puiu signe un drame familial dans le huis clos d'un appartement. Entre règlements de compte, débats politiques et confessions, les uns et les autres confrontent leur passé et la place qu'ils occupent dans la famille. En 2005, le cinéaste avait remporté le prix Un certain regard pour "La mort de Dante Lazarescu".

Le buzz

Des accusations d'agression sexuelle contre Woody Allen ont ressurgi en plein festival avec une tribune au vitriol de son propre fils, le journaliste Ronan Farrow, avant un trait d'humour ambigu de Laurent Lafitte en direct, en pleine cérémonie d'ouverture.

Devant un Woody Allen impassible, le comédien français Laurent Lafitte, a lancé: "Ça fait plaisir que vous soyez en France parce que ces dernières années vous avez beaucoup tourné en Europe, alors que vous n'êtes même pas condamné pour viol aux Etats-Unis."

La petite phrase de Laurent Lafitte pouvait faire allusion aussi au parcours de Roman Polanski, poursuivi aux USA pour le viol présumé d'une mineure.

Fairplay, Woody Allen s'est déclaré "totalement favorable à ce que les comédiens fassent les plaisanteries qu'ils ont envie de faire", tandis qu'Emmanuelle Seigner, épouse de Polanski, a qualifié le maître de cérémonie de "gros blaireau".

La phrase

"Il n'y aura pas de président Donald Trump!" a prédit jeudi George Clooney venu présenter jeudi hors compétition "Money Monster", réalisé par Jodie Foster. L'acteur américain estime que "ça n'arrivera pas parce que nous n'avons pas envie de mettre la peur au pouvoir dans notre pays".

bur-jfg/fmi/bir