NOUVELLES
12/05/2016 16:41 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Penguins et Lightning à quatre victoires de la finale

Le Lightning de Tampa Bay n'est plus qu'à une étape d'atteindre la finale de la Coupe Stanley pour une deuxième année de suite. Pour ce faire, il devra rivaliser avec la vitesse et la polyvalence des Penguins dans la finale de l'Association de l'Est, qui débute vendredi soir, à Pittsburgh.

Au deuxième tour, Sidney Crosby et sa bande ont causé la surprise en éliminant en six matchs les lauréats du trophée des Présidents, les Capitals de Washington.

Le Lightning détenait sans aucun doute l'avantage de l'expérience face aux Islanders de New York, défaits en cinq matchs.

En effet, plus d'une vingtaine d'entre eux ont participé à la finale de la Coupe Stanley l'an dernier, où ils ont été vaincus en six matchs par les Blackhawks de Chicago.

En comparaison, les New-Yorkais atteignaient le deuxième tour des séries pour une première fois en 23 ans, et ne pouvaient se fier à des joueurs d'expérience.

Les Penguins comptent cependant sur quelques vétérans aguerris. Crosby, bien sûr, l'attaquant Evgeni Malkin, le défenseur Kristopher Letang et le gardien no 1, Marc-André Fleury, faisaient partie du noyau de l'équipe championne de la Coupe Stanley en 2009.

Les hommes de Mike Sullivan ont également montré, contre les Capitals, qu'ils sont dotés d'une réelle profondeur.

Tandis que Crosby et Malkin étaient limités à quatre points en six matchs, le deuxième trio, composé de Carl Hagelin, Nick Bonino et Phil Kessel, a inscrit 7 buts et 11 passes, dont les 4 buts de leur équipe dans la sixième rencontre.

Nikita Kucherov a comblé le vide laissé par l'absence prolongée de son capitaine, Steven Stamkos, en excellant aux deux extrémités de la patinoire.

Le Russe figure parmi les meilleurs marqueurs du circuit avec neuf buts depuis le début des séries, tout en présentant un différentiel de +11.

Sa productivité est intimement liée à celle de son compagnon de trio, Tyler Johnson, meneur de son équipe avec 13 points.

À ses premières séries dans la LNH, Jonathan Drouin continue d'impressionner et de gagner en confiance. Le Québécois a maintenant neuf points à sa fiche, dont un filet, et il a attiré l'attention grâce à des passes précises et à des jeux bien ficelés.

Les succès du Lightning sont aussi le fruit du travail de Ben Bishop, qui montre un dossier de 8-2 et une moyenne de 1,89 depuis le début du tournoi printanier.

Les partisans floridiens ne doivent pas s'attendre à voir Stamkos revêtir l'uniforme de sitôt. Le no 91 est toujours contraint à s'entraîner sans contact, et les médecins ne se sont pas prononcés sur une date possible de retour au jeu.

Le Lightning pourrait cependant compter prochainement sur la pleine santé d'un de ses pivots à la ligne bleue.

Anton Stralman, victime d'une fracture à la jambe gauche le 25 mars, a participé à son premier entraînement complet mercredi.

Son entraîneur, Jon Cooper, se garde toutefois de fixer un échéancier pour son retour dans la formation.

Sans tambour ni trompette, les Penguins ont souligné le retour de leur gardien no 1, Fleury, au troisième match de leur série de deuxième tour.

Le Québécois, enfin remis d'une commotion cérébrale, a dû se contenter de seconder la recrue Matt Murray, véritable révélation des séries. L'entraîneur Mike Sullivan n'a pas encore désigné son homme de confiance pour le premier match.

Lors de leur seul affrontement éliminatoire, au premier tour des séries 2011, le Lightning a effacé un retard de 1-3 avant de s'imposer en sept matchs sur les Penguins.

Ce triomphe floridien est cependant accompagné d'un astérisque de taille : Crosby et Malkin étaient tous les deux confinés à l'infirmerie.

Les hommes de Jon Cooper ont balayé leur série de trois rencontres contre les Penguins cette saison, mais les formations ont bien changé depuis leur dernier duel, le 20 février.

Stamkos accumulait toujours les buts, tandis que Murray était le troisième gardien des Penguins, qui poursuivaient leur remaniement après un début de saison désastreux.