NOUVELLES
12/05/2016 08:47 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Le profit de la Financière Power diminue avec la dépréciation d'investissements

MONTRÉAL — La Financière Power a vu son bénéfice du premier trimestre réduit de plus de moitié, essentiellement en raison d'une dépréciation sur un de ses investissements, jumelée à de plus faibles résultats d'exploitation pour deux de ses principales filiales — l'assureur Great-West Lifeco et la Financière IGM.

Le bénéfice net de la société montréalaise (TSX:PWF) a reculé à 259 millions $, soit 36 cents par action, comparativement à celui de 573 millions $, ou 80 cents par action, pour la même période l'an dernier.

La Financière Power est la principale filiale de Power Corporation du Canada (TSX:POW), qui détient principalement des entreprises d'assurance-vie et de gestion de patrimoine, avec de plus petits investissements dans les médias, dont «La Presse» de Montréal, et dans d'autres industries.

Le résultat de la Financière Power pour le plus récent trimestre comprenait une charge hors exploitation de 217 millions $ liée à investissement indirect dans LafargeHolcim, une multinationale de matériaux de construction établie en Europe. Cela a été partiellement contrebalancé par un gain de 101 millions $ tiré de la vente partielle d'un investissement dans le géant pétrolier français Total.

Le bénéfice d'exploitation a aussi reculé à 476 millions $, soit 67 cents par action, comparativement à celui de 565 millions $, ou 79 cents par action, réalisé à la même période l'an dernier.

Les deux divisions de l'entreprise à Winnipeg — Great-West et la Financière IGM — ont vu leur bénéfice d'exploitation reculer d'un total de 73 millions $, tandis que les dépenses corporatives ont avancé de 28 millions $.

Les résultats de la Financière Power ont été dévoilés jeudi avant la tenue l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise, qui se déroulait à Montréal.

La société mère de la Financière Power détient un investissement dans La Presse Canadienne dans le cadre d'une entente conjointe avec une filiale du quotidien «The Globe and Mail» et l'éditeur Torstar (TSX:TS.B).