NOUVELLES
12/05/2016 14:10 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Fifa/Koweït: les clubs veulent une levée de la suspension et s'en prennent au cheikh Ahmad

Des représentants des clubs de football koweïtiens ont demandé jeudi à Mexico la levée de la suspension imposée par la Fifa et montré du doigt le cheikh Ahmad, membre de la fédération internationale, qu'ils soupçonnent d'utiliser le sport pour ses intérêts personnels.

La Fédération de football du Koweït (KFA) avait été suspendue le 16 octobre par la Fifa, en raison de "l'interférence du gouvernement dans le sport".

Le Comité international olympique (CIO) avait pris la même décision fin octobre à l'encontre du Comité national olympique du Koweït.

"Le processus qui a conduit à (cette) suspension était peu clair et injuste. La Fifa n'a conduit aucune enquête approfondie avant de prendre sa décision", a estimé Abdullah Al-Maayouf, député au Parlement du Koweït et l'un des quatre représentants de clubs venus plaider leur cause à Mexico.

"Le projet de loi qui justifie la suspension n'a jamais été mis en application et une telle loi existe dans de nombreux autres pays", a ajouté devant quelques journalistes dont l'AFP cet ancien international ayant disputé le Mondial 1982 en Espagne.

"Cela nous pousse à penser que d'autres considérations sont derrière cette suspension, car seules quelques organisations sportives comme la Fifa et le CIO, où certaines personnes originaires du Koweït ont beaucoup d'influence, ont suspendu le Koweït", a-t-il ajouté.

Les représentants des clubs montrent ainsi du doigt le cheikh Ahmad Fahad Al-Sabah, membre du conseil de la Fifa, du CIO et président de l'association des Comités nationaux olympiques, ce qui confère à ce membre de la famille royale une énorme influence dans le monde du sport.

"Cheikh Ahmad a une position très puissante en Asie et au Moyen-Orient. On ne peut pas causer de tels problème au sport et à la jeunesse du Koweït en raison d'intérêts personnels", a ajouté M. Al-Maayouf.

"Nous ne sommes pas ici pour nous battre contre le cheikh Ahmad mais pour ramener le football au Koweït", a ajouté de son côté Saad Al-Hootie, ancien capitaine de l'équipe koweïtienne de 1982.

La Fédération de football du Koweït (KFA) n'a pas tardé à réagir, indiquant dans un communiqué "que seuls les membres officiels de la délégation, conduite par la KFA ont la responsabilité de s'exprimer en son nom ici à Mexico".

"Des individus extérieurs à la famille du football ont discuté et envoyé des messages à des membres de la Fifa prétendant représenter la délégation du Koweït", poursuit le communiqué.

"Ces individus n'ont pas l'autorité pour le faire et la KFA n'est pas responsable et ne soutient pas leur comportement et leur position", conclut le communiqué signé du secrétaire général de la KFA, Saho Al Saho.

La Fifa, réunie en congrès vendredi, doit se prononcer sur la levée ou le maintien de la suspension de la Fédération koweïtienne, dont l'équipe nationale n'a pu disputer la fin des éliminatoires du Mondial-2018.

"A 24 heures du vote, nous avons bon espoir que cette suspension soit levée", a ajouté M. Al-Hootie.

Membre de la famille royale, le cheikh Ahmad a également occupé plusieurs postes au sein du gouvernement, dont celui de ministre du Pétrole, fonction dont il avait démissionné en 2011. Il reste depuis lors en conflit avec certains responsables koweïtiens.

En janvier dernier, une Cour d'appel de Koweït l'avait acquitté alors qu'il avait été condamné en première instance à six mois de prison pour avoir insulté le système judiciaire.

ebe/yk