NOUVELLES
12/05/2016 11:57 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Dopage: le ministre russe des Sports qualifie d'"absurdes" les révélations du NYT

Le ministre russe des Sports a qualifié jeudi d'"absurdes" les révélations de l'ancien patron du laboratoire de Moscou, qui a affirmé au New York Times que des athlètes russes ont été dopés de manière systématique durant les JO d'hiver de Sotchi en 2014.

"Je pense que les gars (mis en cause par le New York Times) sont des athlètes exceptionnels, les accusations sont absurdes", a déclaré Vitali Moutko, selon l'agence de presse russe TASS.

"Les accusations portées contre eux sont sans fondement. Nous allons analyser cet article et décider comment nous réagirons", a-t-il ajouté.

Dans un entretien au quotidien américain New York Times, l'ancien patron du laboratoire de Moscou, Grigory Rodchenkov, a annoncé que "des douzaines d'athlètes russes, dont 15 médaillés olympiques" ont bénéficié d'un système de dopage supervisé par Moscou pendant les JO d'hiver de Sotchi.

Pour étayer ces accusations, M. Rodchenkov a fourni au journal des échanges de courriers électroniques avec le ministère russe des Sports dans lesquels sont mentionnés les athlètes profitant de ce programme.

Il cite, entre autres, ceux de l'équipe russe de bobsleigh, dont le double médaillé d'or Alexandre Zubkov, le champion olympique de skeleton Alexandre Tretiakov ou encore ceux de l'équipe russe de ski de fond, qui a remporté des médailles d'argent et d'or sur plusieurs distances.

"Tout ça, c'est de la sale politique. Dans ces déclarations, il n'y a rien de vrai, ce ne sont que des rumeurs", a déclaré à TASS Willi Schneider, entraîneur en chef de l'équipe russe de skeleton.

"Tout ça est infondé. Je trouve ça drôle et triste. Défendre (le skieur de fond Alexandre) Legkov? Et pourquoi devrais-je le défendre, s'il ne s'est jamais dopé, ni avant les JO, ni pendant, ni après?", a renchéri la présidente de la Fédération russe du ski de fond, Elena Vialbié, auprès de TASS.

Lors des jeux Olympiques de Sotchi, la Russie a terminé à la première place du tableau des médailles avec 33 podiums, dont 13 titres olympiques.

Les accusations de Grigory Rodchenkov font écho à celles de Vitali Stepanov, ancien contrôleur de l'agence russe de lutte contre le dopage à l'origine du scandale qui a ébranlé l'athlétisme russe en novembre dernier.

Il a affirmé la semaine dernière à la chaîne de télévision américaine CBS, sur la foi de conversations avec M. Rodchenkov, que quatre champions olympiques russes de Sotchi étaient dopés.

all/pel