NOUVELLES
12/05/2016 11:37 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Dopage - Le dossier du meldonium "doit nous servir de leçon" reconnaît l'AMA

Le dossier du meldonium "doit nous servir de leçon", a affirmé l'Agence mondiale antidopage (AMA) jeudi à Montréal, via un membre de son comité exécutif, en reconnaissant la nécessité de mieux communiquer.

"Le meldonium est une importante question", a assuré Craig Reedie, le président de l'AMA, devant son conseil de fondation réuni jeudi à Montréal, au sujet de ce médicament interdit depuis le 1er janvier et pour lequel près de 200 sportifs ont été contrôlés positifs en moins de cinq mois, dont 47 Russes.

Parmi eux, la star du tennis féminin, Maria Sharapova, qui avait elle-même révélé avoir été contrôlée positive à l'occasion de l'Open d'Australie en janvier.

Si l'Agence mondiale antidopage (AMA), à partir des études médicales, maintient avoir suivi les procédures requises en préalable à l'interdiction de ce médicament utilisé comme produit dopant, elle reconnaît que sa communication doit être améliorée.

"Nous n'avons pas failli" sur la procédure et les conclusions, a insisté Valérie Fourneyron, ex-ministre des Sports française et désormais présidente du Comité santé, médecine et recherche de l'AMA.

Mais l'AMA "doit être plus prudente à l'avenir" concernant ces médicaments comme le meldonium car il n'est pas fabriqué par des groupes pharmaceutiques indiquant le temps d'élimination du produit par l'organisme sur la base d'études sérieuses, a reconnu Mme Fourneyron.

Le problème du meldonium, médicament mis au point par un laboratoire letton et utilisé par les sportifs car il favorise la circulation sanguine et donc améliore les performances sportives, est en fait le doute sur la durée de son élimination par l'organisme.

En avril, l'AMA avait ainsi reconnu que les études les plus récentes ne permettaient pas de donner de conclusions fermes sur le temps nécessaire à l'organisme pour éliminer toutes traces de cette substance.

Plusieurs sportifs contrôlés au meldonium depuis le début de l'année ont vu leur suspension levée ces derniers jours. L'Union cycliste internationale (UCI) a ainsi levé lundi celle du coureur russe Eduard Vorganov, une décision venant après celles prises par plusieurs fédérations sportives (natation, biathlon...).

Membre du Comité international olympique (CIO), le Hongrois Tamas Ajan a estimé jeudi que les cafouillages autour du meldonium sont préjudiciables à l'image et au fonctionnement de l'organisme antidopage de Montréal.

"Cela n'aide pas l'AMA", a-t-il plaidé devant l'assemblée du conseil de la fondation.

mbr/jl/ol/agu