NOUVELLES
12/05/2016 11:35 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Dopage : athlètes et enquêteur kényans regrettent la décision "trop drastique" de l'AMA

Les athlètes kényans et l'enquêteur en chef sur le dopage dans le pays ont dénoncé jeudi une décision "trop drastique" de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui remet en cause la participation de ses athlètes aux prochains jeux Olympiques de Rio.

L'AMA a en effet décidé jeudi que le Kenya n'était pas en conformité avec le code antidopage de l'Agence. La nouvelle législation sur l'usage de produits dopants, réclamée par l'AMA et adoptée fin avril par le pays, ne correspond pas aux attentes de l'Agence.

"Ce n'est pas une bonne nouvelle pour nous, les athlètes qui ont travaillé dur à l'entraînement pour se préparer pour les Jeux Olympiques", a déclaré à l'AFP Julius Yego, champion du monde en titre du lancer du javelot.

"Ce n'est pas uniquement notre participation aux Jeux qui est en danger, c'est aussi la réputation du Kenya qui est en jeu", a-t-il ajouté, assurant que les athlètes kényans qui se sont dopés ont été "disciplinés".

Asbel Kiprop, ancien champion olympique et triple champion du monde en titre du 1.500 mètres, a lui réagi sur Twitter : "Nous croyons dans le talent, le dur labeur et les rêves. Il faut sauver les rêves des athlètes d'aller à Rio".

Une quarantaine d'athlètes kényans ont été impliqués dans des affaires de dopage au cours des trois dernières années. Fin février, le directeur général de la Fédération kényane (AK), Isaac Mwangi, a été suspendu pour six mois, soupçonné de corruption dans la couverture de cas de dopage.

Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Sebastian Coe, avait menacé les athlètes kényans d'une suspension aux JO-2016 si la nouvelle législation réclamée par l'AMA n'était pas mise en place à temps.

Le ministre kényan des Sports Hassan Wario a indiqué qu'il réagirait une fois le rapport de l'AMA réceptionné.

"Au vu des circonstances, la décision est contre-productive et trop drastique", a pour sa part déclaré le Kényan Sharad Rao, sollicité par la commission d'éthique de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) pour enquêter sur le dopage dans son pays.

"Si d'une manière ou d'une autre la loi ne correspond pas aux attentes de l'AMA, elle peut être rectifiée", a soutenu M. Rao.

Le Kenya est mondialement renommé pour ses athlètes et ses marathoniens. Le pays a terminé en tête au tableau des médailles des Mondiaux-2015 d'athlétisme à Pékin pour la première fois de son histoire, avec sept médailles d'or, six d'argent et trois de bronze.

bur-ndy/jcp